Accueil » Actualité » Le problème du registre national d’identification

Le problème du registre national d’identification

10 octobre 2018, 9:48 catégorie: Actualité2 818 vue(s) A+ / A-

Dans un communiqué de presse paru le mardi 9 octobre 2018, l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (OCID) se dit préoccupé par la situation du registre national d’identification des citoyennes et des citoyens. Selon les responsables de cette organisation, cette entité fait l’objet d’une controverse troublante entre des responsables gouvernementaux, des membres du Sénat de la République et une firme internationale contractée par l’État haïtien.

L’OCID a décrété un état d’urgence pour le registre national d’identification. Se référant à des articles et des prises de position dans la presse, fournissant des allégations ou même des faits qui confirment que l’état du registre national d’identification est une urgence qu’il ne faut plus passer sous silence, les acteurs de la société civile et des partis politiques ont intérêt, selon OCID, à exiger des autorités un minimum de transparence sur cette question qui concerne la vie civile et politique des citoyennes et des citoyens, la sécurité du pays et l’organisation d’élections transparentes et fiables.

À travers ledit communiqué, le bureau de l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (OCID) a relevé tout un ensemble de problèmes, les uns plus inquiétants que les autres. « Le serveur de la base de données est complètement saturé, donc il est impossible de donner une carte d’identification nationale fiable et viable aux citoyens qui en font la demande ; 90 % du matériel (ordinateurs d’enregistrement) est en mauvais état ou obsolète ; les pièces sont toutes indissociables, c’est-à-dire qu’aucune d’elles ne peut être remplacée séparément, a fait savoir l’OCID. L’organisation a, par ailleurs, précisé que de tels constats de l’organe même chargé du registre national d’identification sont d’autant plus préoccupants qu’ils sont dressés dans un contexte où un nouveau contrat est dénoncé, après que 50 millions de dollars ont été investis en 2012 (il y a à peine 6 ans) pour implanter le système qui a été reçu par l’ONI en 2015 selon la firme Smartmatic.

Face à cette situation dégradante, l’OCID exhorte les autorités étatiques au plus haut niveau à élucider au plus vite cet imbroglio par la communication d’informations très claires sur la situation réelle du système national d’identification ainsi que sur les mesures adoptées ou envisagées pour redresser la barre, prendre des mesures célères et transparentes pour s’assurer que le problème est résolu avant la tenue des élections de 2019 ; traiter avec sérieux la mise à jour du registre d’identification qui concerne notamment près de 200 000 jeunes qui atteignent leur majorité chaque année et acquièrent ainsi leur droit de participer aux élections ; élargir le débat autour de la révision de la législation sur l’identification par de larges consultations.

Jodel Alcidor

Comments

comments

scroll to top