Accueil » Culture » Le phénomène du chaloska

Le phénomène du chaloska

08 février 2018, 8:02 catégorie: Culture13 562 vue(s) A+ / A-

L’art est un phénomène humain. Les arts sont toutes les formes de création que l’homme utilise pour réaliser des choses belles ou capables de provoquer l’émotion chez ceux qui les regardent. Ce sont aussi des moyens d’exprimer une manière de voir le monde. C’est un moyen pour l’homme d’exprimer sa sensibilité et sa créativité. C’est aussi une façon d’apporter de la beauté à la vie quotidienne, c’est la transmission de faits historiques, de coutumes, de légendes, usages transmis de génération en génération. Issues de l’imagination de l’homme, les créatures fabuleuses et les divinités sont présentes dans les différentes formes de l’art de toutes les époques et de tous les pays.

 Dans la tradition carnavalesque haïtienne ,le « chaloska » est très ancien c’est un nom emprunté du Yoruba (africaine) dans cette langue  c’est un adverbe qui signifie hautement bruyamment c’est une figure emblématique de la force brutale et chimérique qui fait peur aux enfants et aux adultes  qui n’ont pas été sages ,c’est un personnage de carnaval très coloré et excentrique, parcourt les rues de la ville d’un bout à l’autre avec une rapidité étonnante, pénètre à l’intérieur des marchés et même des maisons. Quand, par hasard, il s’arrête, c’est pour faire peur aux gens ou se lancer à la poursuite de quelque chose.  La pratique du chaloska n’est pas aussi le même constaté de nos jours. Son origine et son histoire se perdent dans notre trame culturelle avec laquelle elles se confondent.  Aujourd’hui,  il est une association publique dans le but  d’égayer la section rurale et ses environs. Il possède d’autres caractères à la fois magiques et religieux. Le chaloska est éphémère autant que la période carnavalesque permet aux curieux assemblés sous les galeries et sur les trottoirs dans les rues d’admirer et de se préserver de toute agression

À l’observation s’échappent les faits magiques de notre existence. Ce personnage « Chaloska » apparait de mois en moins dans notre culture et présente un caractère particulier qui a toujours retenu l’attention des observateurs. On n’en remarque guère à Port-Au-Prince depuis quelque temps.

 

Midline Richardson

 

 

 

 

Comments

comments

scroll to top