Accueil » Actualité » Le maire de la ville de Santiago craint une invasion d’Haïtiens en République dominicaine

Le maire de la ville de Santiago craint une invasion d’Haïtiens en République dominicaine

11 octobre 2018, 9:50 catégorie: Actualité7 586 vue(s) A+ / A-

le maire de Santiago de los Caballeros, Abel Martinez.

 

Le flux migratoire d’Haïtiens en République dominicaine ne laisse pas sans réactions les autorités étatiques dominicaines. Ce qui les pousse à mettre des balises afin de protéger leur territoire où se trouvent environ 750 174 personnes d’origine haïtienne. Selon les informations rapportées par le journal dominicain El Caribe, le maire de la ville de Santiago laisse croire que « si le problème haïtien persistait dans 10 ans, il y aurait plus d’Haïtiens que de Dominicains dans le pays ».

Pour le maire, rapporte le journal dominicain, l’identité nationale dominicaine est menacée aussi bien que la nationalité. Ce qui pourrait provoquer l’effondrement de l’économie dominicaine, car les Haïtiens ont la force de les envahir, d’entrer sur leur territoire. En ce sens, toujours selon le journal, il fait référence à l’armée haïtienne où le Gouvernement haïtien a fait mention d’aide auprès des membres du Congrès américain pour la reconstruire. C’est pourquoi l’autorité dominicaine affirme qu’on « devrait analyser, s’inquiéter et agir sur la pensée du Gouvernement haïtien », a rapporté El Caribe.

Nous devons éliminer de manière non négociable tous ceux qui se trouvent illégalement sur notre territoire, nous devons les enlever, les expulser, peu importe comment. « Si vous voulez, emmenez-les dans un bus climatisé comme auparavant, dans le respect des droits de l’homme », a déclaré le maire de Santiago. Pour lui, c’est nécessaire de déporter les Haïtiens clandestins, car le budget ne donne pas assez pour leur fournir des services.

Par ailleurs, toujours dans le cadre de déportation, l’Organisation internationale de la migration (OIM) a signalé qu’« au cours des trois dernières années, plus de 4 000 enfants haïtiens ont été séparés de leurs familles en séjour irrégulier en République dominicaine », a rapporté le quotidien dominicain. Ce qui en quelque sorte va à l’encontre du protocole signé en 1999 entre Haïti et la République dominicaine qui énonce, en partie, que les autorités migratoires dominicaines éviteront la séparation des familles nucléaires (Parents et enfants mineurs notamment) durant le processus de rapatriement.

Wisly Bernard Jean-Baptiste

Comments

comments

scroll to top