Accueil » Economie » Le budget rectificatif 2017-2018 reconduit ne reflète pas les priorités réelles du gouvernement en place, selon Eddy Labossière et Jean Rigaud Bélizaire

Le budget rectificatif 2017-2018 reconduit ne reflète pas les priorités réelles du gouvernement en place, selon Eddy Labossière et Jean Rigaud Bélizaire

02 octobre 2018, 9:44 catégorie: Economie5 165 vue(s) A+ / A-

Le budget rectificatif 2017-2018 est automatiquement reconduit pour le nouvel exercice fiscal 2018-2019, vu l’absence d’une nouvelle loi de finances. Le président de l’Association haïtienne des économistes (AHE), Eddy Labossière, et le président de la Commission de l’économie et des finances du Grand Corps, Jean Rigaud Bélizaire, croient que cette loi de finances rectifiée ne prend pas en compte la politique du gouvernement de Jean Henry Céant.

Selon les lois du pays, l’exercice fiscal commence le 1er octobre pour prendre fin le 30 septembre de l’année suivante. Les lois de la République font obligation aux autorités de l’État central de faire le dépôt du nouveau budget avant le 30 juin de l’exercice en cours pour éviter la reconduction de la loi de finances en fonction. Suite aux événements du mois de juillet 2018, le gouvernement de Jack Guy Lafontant est forcé de démissionner et de faire le retrait du projet de loi de finances 2018-2019 au Parlement haïtien.

En septembre dernier, le pays allait connaître un nouveau gouvernement. Ce nouveau gouvernement n’arrive pas à déposer le budget 2018- 2019 au pouvoir législatif à temps. Cette situation est à la base de la reconduction automatique du budget rectificatif 2017-2018, estimé à 145.6 milliards de gourdes. Selon l’économiste Eddy Labossière et le président de la Commission l’économie et des finances, Jean Rigaud Bélizaire, ce budget rectificatif reconduit ne reflète pas les priorités réelles du gouvernement en place.

Jean Rigaud Bélizaire se montre très pessimiste par rapport à ce budget rectificatif reconduit. Pour lui, cette loi de finances rectifiée ne va pas aider le notaire Jean Henry Céant à concrétiser ses promesses. « Ce budget ne peut pas répondre à la politique du nouveau Premier ministre. Les priorités de ce gouvernement ne sont pas prises en compte dans ce budget », a fait remarquer le parlementaire. D’après lui, le PM Céant doit respecter ses promesses envers les parlementaires en ce qui a trait à la déposition du projet de loi de finances 2018-2019 au Parlement pour le 15 octobre 2018. Il a, par ailleurs, invité le peuple haïtien à collaborer avec le nouveau gouvernement. Car, dit-il, la stabilité joue un gros rôle dans l’avancement d’un pays.

Intervenant sur les ondes de la radio et télé Pacific, le professeur Labossière aborde dans le même sens que le président de la Commission l’économie et des finances du Sénat. Selon lui, la loi de finances rectificative reflète tout simplement les programmes de l’ancien gouvernement de Jack Guy Lafontant. Plus loin, il croit que l’instabilité politique à sa responsabilité dans cette situation. « À cause de l’instabilité politique qui existe dans le pays, les différents gouvernements qui ont pris les rênes du pays n’arrivent toujours pas à déposer le budget de la République dans les délais prévus par la loi », a déploré le numéro un de l’AHE.

Il faut souligner que le budget 2017- 2018 connait un déficit budgétaire de 20 milliards de gourdes. Selon certains économistes du pays, le programme Staff Monitored Programme (SMP) a échoué parce qu’à travers ce programme les dirigeants du Fonds monétaire international (FMI) ont recommandé aux autorités actuelles de faire en sorte que le déficit budgétaire ne dépasse pas de 2 % du PIB.

Cluford Dubois

Comments

comments

scroll to top