Accueil » Tribune » “Lascahobas je m’engage”

“Lascahobas je m’engage”

11 janvier 2018, 10:36 catégorie: Tribune13 376 vue(s) A+ / A-

À Lascahobas, ce n’est pas tant le pouvoir qui me dérange, mais l’indifférence, l’insensibilité et l’insouciance des autorités communales par rapport aux différents problèmes des grandes masses populaires. Celles-ci m’indignent encore plus quand elles affichent un comportement naïf, passif, innocent et un sentiment de résignation à leur misère, leur pauvreté. Le développement de la commune ne peut pas se faire avec cette génération de politiciennes et politiciens véreux et incompétents et d’ailleurs qui n’accordent absolument aucune importance aux jeunes intellectuels de la commune. De la municipalité à la députation, c’est l’incompétence, la médiocrité qui règne dans sa quasi-totalité.

“Lascahobas je m’engage” est un mouvement d’engagement citoyen qui se lance dans une bataille pour le vivre ensemble, la solidarité organique. Nous voulons que Lascahobas soit le point de départ d’une image positive du développement sectoriel. Vu la constatation du désintéressement des habitants à participer aux activités communautaires,” Lascahobas je m’engage « s’inscrit dans une dynamique de sensibilisation, mobilisation, motivation pour la réalisation de ses activités socio-culturelles. En fait, notre approche consiste à demander la collaboration, la participation et la contribution de toutes les citoyennes et tous les citoyens. Notre crédo s’organise autour de trois proverbes haïtiens qui suivent :

«-Men anpil chay pa lou.

-Yon sèl dwèt pa manje kalalou.

-Pise ponmennen pa kimen.”

Il est évident que la société haïtienne est pathologique où la crise de confiance bat son plein. Nous qui sommes conscients que les injustices et les inégalités sociales sont trop criantes au sein de la commune, nous nous engageons corps et âme, nous nous sacrifions pour réorienter la communauté Lascahobassienne qui devient de plus en plus hétéronome. De ce fait, il faut que les intérêts individuels, personnels et claniques cessent d’être prioritaires par rapport à ceux de la collectivité dans sa complexité au sein de la population de Lascahobas.

Ainsi, la politique doit-elle être la gestion de la cité au profit du plus grand nombre pour un minimum de bien-être, pour de meilleures conditions de vie et de travail. Disons, un lien étroit entre les sections communales et le centre-ville est incontournable si nous aspirons réellement à une commune développée. Cesser la marginalisation, l’exclusion des paysans dans les grandes décisions de la commune puisqu’ils jouent un rôle crucial dans la vie économique et politique de la communauté.

Et, il faut que les citoyennes et citoyens qui font de la politique au niveau de la commune cessent d’être à la recherche d’opportunités individuelles. La commune doit se faire une santé politico-économique, socioculturelle et éducative. Elle doit trouver des gens honnêtes, responsables, sincères, loyaux, dignes en qui nous pouvons tout au moins placer un minimum de confiance.

Nous avons l’impérieuse obligation de reformater l’esprit des jeunes pour qu’ils prennent en main leur destin, les aider à comprendre qu’ils seront les responsables de demain, les encadrer, les valoriser, les motiver à se battre contre les pratiques politiciennes, malsaines, et les malversations de toutes sortes. Nous ne pouvons pas continuer à cautionner la fuite des cerveaux, des cadres socioprofessionnels de la commune. Il est inconcevable, inacceptable, inadmissible, voire intolérable, que nous restions les bras croisés en assistant à cette dégringolade, cette hémorragie. Le seul moyen d’arrêter l’hémorragie est l’engagement citoyen, la lutte pour l’intégration sociale et la valorisation des jeunes cadres socioprofessionnels compétents et qualifiés.

En fait, mener une lutte sociale pouvant conduire à l’intégration de la jeunesse active de la commune de Lascahobas ( Lahoye, Petit-Fond, Juampa, Pouli) est un devoir civique. Cependant, pour y parvenir, nous avons besoin de femmes et d’ hommes de position, de conviction, de caractère pour conduire ce vaste mouvement d’engagement citoyen. En fin de compte, nous nous sommes inscrits dans un autre paradigme de pensée pour modeler une commune à l’aspiration des rêves de tous les lascahobassiens et toutes les lascahobassiennes d’ici et d’ailleurs.

Battons-nous ensemble pour laisser quelque chose de positif à la postérité. Nous (Olson Pierre, Castro Castel et Willy Joseph) sommes en train de défendre une cause qui n’est pas forcément nôtre, nous portons également une parole qui n’est pas forcément nôtre. Les hommes qui ont fait bouger les sociétés de par le monde n’ont jamais eu de l’argent, mais plutôt des idées positives, des idées qui vont dans le sens de l’intérêt collectif ou communautaire.

Alors, les gens qui ont de l’argent doivent obligatoirement s’allier aux gens qui ont de bonnes idées, une vision plus large des choses pour faire bouger la commune de Lascahobas. Le temps d’un nouveau paradigme de pensée frappe à la porte de la conscience des jeunes citoyens et citoyennes, des moins jeunes de Lascahobas. Nous devons faire montre du sens d’appartenance et d’identification à l’espace. Pour cela, il faut qu’il n’y ait pas d’inadéquation entre le dire et le faire.

WillyJoseph

diplômé à la Faculté de Linguistique Appliquée

Étudiant finissant en Anthropo-Sociologie à la Faculté d’Ethnologie

Comments

comments

scroll to top