Accueil » Economie » L’agriculture moderne désormais à la portée des agriculteurs haïtiens

L’agriculture moderne désormais à la portée des agriculteurs haïtiens

21 août 2016, 9:30 catégorie: Economie3 994 vue(s) A+ / A-

Champs de haricot dans la Plaine du Cul-de-Sac

 

L’agriculteur haïtien vit dans un milieu rural pauvre et dégradé en raison de la faible productivité agricole, de la surpopulation, du déboisement et de l’érosion, du non-respect du code rural, du manque d’investissements productifs.

 

Le secteur agricole ne représente plus que 25 % environ du PIB (près de 50 % en 1980) pour une population de 10 millions (3 millions en 1950) avec 50 % en zone rurale. L’évolution de ce secteur au cours des 30 dernières années est négative et maquée par la non-exploitation de plus de 150.000 hectares cultivables, la cessation des grandes exportations agricoles (café, sisal). Seulement un faible volume de mangues, de cacao et d’huiles essentielles ($30 millions environ) est exporté. À l’opposé, les importations annuelles de produits agricoles et alimentaires sont énormes ($800 millions environ).

 

L’initiative du Président américain Feed the Future vise à augmenter les revenus agricoles et améliorer le statut nutritionnel des agriculteurs ciblés dans les zones de développement choisies en Haïti. Dans le but d’atteindre le premier objectif, l’initiative cible plusieurs résultats intermédiaires liés à la productivité agricole, la stabilisation des bassins versants, l’accès aux marchés et le renforcement des capacités des organisations locales. L’initiative est mise en œuvre dans les bassins versants de la plaine du Cul-de-sac, la région des Matheux et de Saint-Marc ; et les départements du Nord et du Nord-Est.

 

Depuis 2011, Feed the Future aide à moderniser l’agriculture haïtienne en permettant aux agriculteurs d’expérimenter des techniques et équipements modernes en vue de changer les pratiques culturales, d’augmenter les rendements et d’améliorer les conditions de vie des travailleurs agricoles.

 

Préparation de sol par une opératrice de tracteur

Les résultats en termes d’augmentation de rendements sont probants. L’USAID a permis, en 6 ans, de faire passer la production de riz, chez le paysan, de 3 à 5 tonnes à l’hectare, le maïs de 1 à 4 tonnes à l’hectare, le pois de 800 kg à 1.3 tonne. Avec le projet Feed the Future Haïti Chanje Lavi Plantè, le rendement à l’hectare avec du maïs hybride est aujourd’hui de 9.6 tonnes à l’hectare.

 

Feed the Future continue d’appuyer et de renforcer les associations paysannes à travers les projets comme Chanje Lavi Plantè avec une concentration dans la production agricole, l’amélioration des infrastructures, la réduction des pertes post-récolte, la commercialisation des produits agricoles, la stabilisation des bassins versants tout en accentuant sur le rôle des femmes au sein des communautés rurales. Pour ce faire, le projet s’accompagne de nouvelles technologies de production agricole impliquant les petits agriculteurs pour justement permettre à 90 mille familles paysannes de faire face aux problèmes de l’insécurité alimentaire dans les régions du Cul-de-Sac et des Matheux. Chanje Lavi Plantè travaille dans des filières agricoles telles que la banane, le riz, le haricot, la culture maraichère, le maïs et la mangue francisque.

 

Production agricole

Avec la mise en place des Centre Ruraux de Développement Durable (CRDD), les agriculteurs trouvent des services de proximité de première main qui les exposent notamment aux nouvelles techniques :

   

SRI (Système de Riziculture Intensive) introduit en 2010, qui double les rendements avec moins de semences, d’eau et d’engrais.  

Avec la mise en œuvre du SRI, une méthode de culture de riz qui a été adoptée dans 40 pays à travers le monde, et qui permet aux agriculteurs de doubler leurs rendements, tout en utilisant moins de semences et beaucoup moins d’eau et d’engrais, le projet a préparé des parcelles de démonstration pour mettre en évidence les résultats supérieurs du SRI. Entre une parcelle traditionnelle plantée de riz et une autre utilisant la nouvelle technique SRI, les agriculteurs ont pu constater par eux-mêmes la différence de rendements obtenus. Les rendements des agriculteurs utilisant le SRI ont plus que doublé.

 

L’application de la technique en double rangée dans production de la banane a permis d’augmenter de manière considérable les rendements en augmentant le nombre de plants à l’hectare et de diminuer le coût de production. L’utilisation de semences à haut rendement, la fertilisation sur mesure grâce aux laboratoires des sols de proximité ; les services de vulgarisation par SMS ; la culture sous serre avec irrigation goutte à goutte sont autant d’innovations techniques introduites dans l’agriculture haïtienne aujourd’hui.

 

 

Sur le plan général, Feed the Future a déjà atteint un ensemble de résultats concrets dans le cadre de la modernisation de l’agriculture en particulier dans les communes bénéficiaires les régions de l’Ouest, du Nord et du Nord’Est.

 

Amélioration des opérations post récolte

Un appui considérable est fourni aux agriculteurs en favorisant l’appropriation des techniques modernes permettant de réduire les pertes post récolte. Selon Ronald Champagne, coordonnateur de l’Association des Citoyens Progressistes pour le Développement de Duvivier (ACPDD), « les pertes post récoltes autrefois étaient de l’ordre de 30 % des produits récoltés. En utilisant les batteuses mécaniques, les bâches, des silos, des humidimètres pour contrôler le taux d’humidité des produits agricoles, les paysans sont arrivés à diminuer considérablement les pertes post récoltes ». Au niveau de la filière mangue et des maraichères, des centres de collecte mobiles, des caisses pour le transport des fruits et légumes, des unités de transformation ont été distribués et installées de manière à améliorer toute la chaine de valeur au bénéfice surtout des producteurs agricoles.

 

 

Centre de conditionnement de fruits et légumes à Kenscoff

 

Amélioration des infrastructures

Les travaux d’urgence de réhabilitation des systèmes d’irrigation effectués dans les corridors du Cul-de-Sac et des Matheux incluent le curage de canaux, la réhabilitation des stations de pompage, la construction de digues provisoires : À titre d’exemple Feed the Future a contribué à donner de l’eau à 20,000 hectares en 9 mois. Il a fallu, dans le cas du système d’irrigation de la Rivière Grise, avoir une approche qui s’inscrit dans la durée pour que les investissements antérieurs puissent être consolidés ; avoir un système pouvant résister aux cyclones et permettre que l’eau arrive aux terres irrigables. Le barrage construit sur la rivière grise en 2014 par Feed the Future West/WINNER répond à cette préoccupation dans la mesure où il détourne l’eau de la rivière dans le système d’irrigation de manière permanente pour irriguer 8,500 hectares de terres agricoles tout en protégeant les populations contre les inondations.

 

Barrage de la Rivière Grise

 

Pour Julia Kennedy, Coordonnatrice de Feed the Future en Haïti, il est nécessaire d’encourager les agriculteurs les communautés, le secteur privé et le gouvernement haïtien à déployer le maximum d’efforts pour pouvoir protéger et entretenir le barrage de la plaine du Cul-de-sac. Madame Kennedy a également fait savoir qu’avec une agriculture moderne, les planteurs pourront améliorer leur vie et celle de leurs familles. « Ils pourront avoir plus facilement accès aux soins de santé, payer l’écolage de leurs enfants et s’acquitter plus facilement de leurs obligations quotidiennes »

 

En montagne, les paysans sont initiés à une nouvelle façon de capter l’eau de pluie, il s’agit des bassins de rétention installés à proximité des serres pour faire face aux pénuries d’eau durant les périodes de sécheresse. « C’est l’innovation technique la plus importante pour les familles ou les associations de planteurs en montagne, car elle permet à faible cout de collecter et de garder l’eau de pluie pour l’irrigation » a déclaré Jean-Robert Estimé, Directeur du projet Chanje Lavi Plantè.

 

Bassin de rétention d’eau à Kenscoff

 

Stabilisation des bassins versants

Avec le projet Chanje Lavi Plantè, Feed the Future continue à mettre en œuvre des activités de conservation de sols et de traitements des ravines dans plusieurs localités, Kensoff, Petion-Ville, corridor des Matheux.

 

Feed the Future aide les organisations paysannes à planter 1 million de plantules dans le bassin versant de la Rivière Grise et forme 750 nouveaux paysans vulgarisateurs.

 

 

Pépinière (programme de reboisement)

 

 

Feed the Future est une initiative mondiale du Président Obama dont le but est d’accroitre la sécurité alimentaire des populations vulnérables dans les pays cibles. Actuellement, le projet Chanje Lavi Plantè fait partie de ce programme et est financé par l’USAID pour une durée de trois ans. Il vise également à stabiliser les bassins versants, à renforcer la capacité des organisations rurales et à promouvoir des techniques plus performantes de transformation et de commercialisation des produits agricoles dans les zones de développement de l’Ouest.

 

Comments

comments

scroll to top