Accueil » Actualité » La réforme de l’éducation, un chantier réalisable selon Guy Étienne

La réforme de l’éducation, un chantier réalisable selon Guy Étienne

13 septembre 2018, 10:51 catégorie: Actualité8 585 vue(s) A+ / A-

Le directeur du collège Catts Pressoir, Guy Étienne.

 

Le directeur du collège Catts Pressoir, Guy Étienne, soutient qu’il est urgent pour le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) de lancer la réforme du système scolaire haïtien. D’importantes interventions dans la formation des maîtres et la modernisation du curriculum sont, selon lui, des mesures qui ne devraient plus attendre. L’éducateur, dont l’établissement a été, à plusieurs reprises, distingué pour la qualité de son enseignement, insiste sur la nécessité de permettre aux élèves haïtiens d’acquérir, pendant leur parcours, des connaissances appropriées aux défis de l’ère moderne.

Lors de son intervention à l’émission Point par Point sur Télé Pacific, Guy Étienne a indiqué que l’un des plus grands chantiers à aborder par le ministère de l’Éducation nationale est la formation des enseignants et des directeurs d’écoles. Il est non seulement indispensable que ces derniers soient bien formés, mais ils doivent participer régulièrement, croit-il, à des séminaires pour être au courant des moindres évolutions dans les domaines enseignés. En outre, la mise en place d’une cellule d’encadreurs pédagogiques pour assister les professeurs pourrait être une innovation judicieuse dans le système, ajoute M. Étienne pour qui l’inspectorat, trop vieux jeu, est à bannir.

Composer avec l’existant pour aller de l’avant.

Les encadreurs pédagogiques constitueraient un levier sur lequel le MENFP s’appuierait pour élever le niveau de la formation dispensée par les écoles moins performantes. En plus, un partenariat entre les établissements est à encourager parce qu’il peut aider à un partage d’expériences bénéfique pour tout le système, affirme le directeur de Catts Pressoir. Il y a un trop grand fossé entre les écoles en termes de contenu de l’enseignement. Et il appartient à l’État d’uniformiser le système.

Le nouveau secondaire prévoit une réforme du curriculum qui, si elle se concrétisait, aiderait à mieux orienter les élèves vers des filières techniques et technologiques après les examens de 9e année fondamentale, poursuit le professeur. Au lieu d’être un blocage, ces épreuves doivent plutôt être « un moyen d’orienter les élèves vers des métiers pour lesquels il y a de réelles demandes sur le marché du travail ».

« Il suffit de la volonté politique »

En dépit des contraintes budgétaires auxquelles fait face le MENFP, l’éducateur ne doute pas de la faisabilité d’un tel chantier. Ce n’est pas surtout l’argent qui fait défaut, mais la volonté politique et le savoir-faire. « Il suffit de redéfinir les priorités de l’État qui prend l’habitude d’octroyer des privilèges démesurés à des fonctionnaires pendant que des écoles nationales n’ont même pas une boite de craie pour assurer les cours», dit-il.

Très fier des résultats obtenus dans l’enseignement de la robotique, les mathématiques, la lecture analytique, l’enseignement des langues et le civisme au sein de son établissement, Guy Étienne croit que dans le cadre de la réforme souhaitée l’État peut s’inspirer du modèle adopté. En plus d’obtenir presque toujours un taux de réussite de 100 % au baccalauréat, Catts Pressoir brille dans des concours internationaux. Au cours du mois d’août, ses élèves ont fait bonne figure aux Olympiades internationales Géosciences. Lors de cette compétition qui a eu lieu en Thaïlande, les élèves ont remporté deux médailles d’or, une médaille d’argent collective et une médaille de bronze individuelle. La délégation a été accueillie, à son retour, au salon diplomatique de l’aéroport Toussaint Louverture par le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet.

Kendi Zidor

Comments

comments

scroll to top