Accueil » Economie » La journée d’émeutes et de pillages, un coup dur pour l’économie haïtienne

La journée d’émeutes et de pillages, un coup dur pour l’économie haïtienne

12 juillet 2018, 8:38 catégorie: Economie13 123 vue(s) A+ / A-

La journée d’émeutes et de pillages, un coup dur pour l’économie haïtienne.

 

Suite à la décision de l’administration Moïse/Lafontant de réviser à la hausse les prix des produits pétroliers sur le marché local, de vives tensions ont été enregistrées dans la zone métropolitaine où plusieurs magasins et supermarchés ont été pillés par des individus. Selon les économistes Eddy Labossière et Etzer Emile, cette situation d’émeutes et de pillages va diminuer le taux de croissance du pays.

Vendredi 6 juillet et samedi 7 juillet 2018, plusieurs entreprises de la zone métropolitaine ont été victime de pillages, suite à la décision du gouvernement en place d’augmenter les prix de l’essence à la pompe. Cette situation a causé la perte d’emploi de plusieurs centaines de personnes de la classe dite défavorisée du pays. Les économistes Eddy Labossière et Etzer Emile, qui intervenaient sur la radio Vision 2000, ont fait savoir que les conditions de vie de la population haïtienne vont être détériorées après cet événement qui a paralysé le pays pendant plusieurs jours.

Les chiffres d’affaires des différentes entreprises touchées vont être affectés et cela va provoquer la diminution d’emploi existant dans le pays, si l’on croit Etzer Émile. « On va avoir un taux de croissance révisé à la baisse et cela va affecter les investissements futurs dans le pays », prévoit-il. En outre, il pense que cet événement va affliger la disponibilité des produits et engendrer des impacts sur la stabilité des prix des produits sur le marché local.

Eddy Labossière, de son côté, croit que la situation de la population va davantage dégénérer après cette journée d’émeutes et de pillages, dit « dechoukaj ». «Cette conjoncture affectera l’économie haïtienne et augmentera davantage la situation de misère de la population», a déclaré le président de l’Association des économistes haïtiens. Selon lui, les gens des quartiers populaires vont avoir beaucoup plus de difficultés à consommer.

Les recommandations de Etzer Emile et de Eddy Labossière pour l’augmentation des recettes de l’État

Etzer Emile et Eddy Labossière ont fait une série de recommandations qui, selon eux, va permettre à l’administration Moïse/Lafontant de réparer un déficit budgétaire sans l’ajustement des prix du carburant à la pompe. Pour Etzer Emile, l’augmentation du pétrole sur le marché local n’est pas le seul moyen pouvant permettre la réparation d’un déficit budgétaire. Il pense que l’État haïtien doit stopper le désordre existant sur la frontière haïtiano-dominicaine. «Elle peut devenir une source de revenus très importante pour l’avancement du pays», a-t-il argumenté, tout en demandant aux gens de payer leur impôt.

Le professeur Eddy Labossière, pour sa part, se positionne pour que l’État entreprenne une réforme fiscale dans le pays. Par ailleurs, il a fait savoir que l’exonération d’impôt pèse un poids lourd dans l’économie haïtienne. En ce sens, il est favorable à l’élimination de la franchise douanière dans le pays. Il appelle les responsables étatiques à lutter pour la réduction de la contrebande en Haïti.

Il faut signaler, selon certains économistes, les pertes enregistrées lors du mouvement d’émeutes et de pillages sont estimées à des centaines de millions de dollars américains.

Cluford Dubois

Comments

comments

scroll to top