Accueil » Actualité » La fièvre du mondial à Port-au-Prince

La fièvre du mondial à Port-au-Prince

14 juin 2018, 10:21 catégorie: Actualité1 292 vue(s) A+ / A-

Des drapeaux des pays divers aux abords des routes.

 

Plus que quelques heures pour que les amants du ballon rond plongent à fond dans la 21e édition de la Coupe du monde de football, qui se déroulera en Russie, du 14 juin au 15 juillet 2018.

L’occasion pour les supporters d’applaudir leurs équipes favorites, les performances de leurs joueurs préférés et de mettre le football au centre de pratiquement toutes les discussions.

Aux abords des routes, les drapeaux de plusieurs pays, de tailles diverses, flottent majestueusement. Des maillots aux couleurs des sélections qualifiées garnissent les vitrines des magasins de vêtements, les centres commerciaux publics et les petits commerces.

Les drapeaux de leurs équipes favorites décorant leurs voitures, leurs motocyclettes, leurs maisons ou leurs entreprises, des fanatiques s’affichent déjà.

Un moment lucratif aussi pour certains vendeurs de gadgets conçus spécialement pour la période, aux couleurs des différentes sélections appelées à s’affronter.

Pour se procurer un drapeau, il faut au moins 50 gourdes, sauf pour ceux de pays tels l’Espagne et la France qui coutent un peu plus cher, indique un vendeur, qui se réjouit déjà de la vente.

Les supporters entendent défendre leurs équipes respectives et parier sur celles qui atteindront la finale.

Pour l’heure, les drapeaux et maillots les plus vendus sont ceux de l’Argentine, du Portugal, du Brésil et de l’Allemagne. Mais dans leur majorité, les Haïtiens souhaitent grandement une finale où l’Argentine affrontera le Brésil.

Et un, et deux! Encore des soucis!

La fièvre du ballon qui s’installe dans la capitale n’a toutefois pas réussi à détourner complètement l’attention des résidents de la dure réalité socioéconomique du pays.

Leur premier souci réside dans le fait que l’Electricité d’Haïti ne soit pas dotée de la capacité adéquate pour alimenter notamment la région métropolitaine à l’occasion de la Coupe du monde.

À cet effet, ils invitent la compagnie publique à suivre la cadence en augmentant sa production d’énergie destinée aux ménages. Ils espèrent avoir la possibilité de ne rater aucun match, arguant qu’à la veille du mondial, l’électricité est en manque.

La fête serait totale, se plaignent aussi des Port-au-Princiens, sans les rumeurs persistances relatives à la mise en application de la décision du gouvernement de revoir à la hausse les couts du carburant sur le marché local au cours de la grande fête du football.

Nancy Constant

Comments

comments

scroll to top