Accueil » Economie » KOFIP, pour la production du cacao dans le Nord

KOFIP, pour la production du cacao dans le Nord

31 janvier 2018, 10:25 catégorie: Economie26 082 vue(s) A+ / A-

Cacaoyères de la coopérative Jean-Baptiste Chavannes à Grande-Rivière du Nord

 

Pour appuyer les producteurs locaux, le Collectif du financement populaire (KOFIP) accorde « le crédit cacao » aux producteurs de cacao dans le département du nord. C’est un crédit en fonds de roulement accordé aux coopératives membres de la Fédération des Coopératives Cacaoyères du Nord (FECCANO). Ce crédit permet non seulement de renforcer la capacité des coopératives membres de la fédération pour pouvoir exporter plus de cacao, mais aussi d’augmenter le revenu des producteurs de cacao dans le département du Nord.

Pendant des décennies, la filière cacao d’Haïti était totalement abandonnée. Les producteurs ne bénéficiaient d’aucune assistance technique, d’aucune recherche agricole ou autre accompagnement de l’Etat. Esseulés, les producteurs de cacao sont restés dépendants d’intermédiaires et d’exportateurs, en situation de monopole, qui ont toujours offerts des prix très bas. Au cours de ces dernières années, une amélioration continue est observée au niveau des exportations et les producteurs sont de plus en plus impliqués grâce au support des entreprises d’économie sociale, des organisations non gouvernementales et internationales.

Pour appuyer les producteurs de cacao et relancer la production du cacao dans le département du Nord, le Collectif du financement populaire (KOFIP) accorde des crédits en fonds de roulement particulièrement le « crédit commercial » et le « crédit cacao » aux producteurs de cacao. Plusieurs coopératives agricoles et cacaoyères ont déjà bénéficié ces genres de crédit. C’est le cas de la Coopérative agricole et cacaoyère Jean-Baptiste Chavannes (CAJBC) de la Grande-Rivière du Nord qui regroupe plus de 700 producteurs de cacao. Selon l’une des associées de la Coopérative Jean-Baptiste Chavannes, Dieudonné Dorisma, la CAJBC propose une découverte de la culture du cacao, le traitement des cabosses, la fermentation et du séchage des fèves et la fabrication d’un chocolat local au goût unique présenté sous plusieurs formes. La grande récolte a lieu du mois de mars au mois de juillet. Une dégustation et une vente des produits sont proposées sur place.

La Fédération des Coopératives Cacaoyères du Nord (FECCANO), qui est présente dans six communes du département du Nord à travers sept coopératives de producteurs, a reçu pour sa part, un crédit d’environ de 2. 800 000 gourdes en 2014. Une dette qu’elle a acquittée en 2017. Ce crédit leur a permis d’avoir un capital pour acheter du cacao chez les producteurs du département et chez les membres de la fédération afin de l’exporter vers l’Europe (France/Hollande). La FECCANO est arrivée à sécuriser environ 4 000 dollars, la tonne. Les entités de la FECCANO rassemblent plus de 3000 producteurs de cacao. Elle est présente à Milot, à la Plaine du Nord, à Borgne, à Port-Margot, à Bahon et à la Grande-Rivière du Nord. Dans chacune de ces communes, il existe une coopérative, mais à Borgne il y en a deux. Ces derniers produisent du cacao et le vendent à la coopérative qui, après le processus de fermentation et de conditionnement, l’achemine à la FECCANO pour l’exportation.

Le Collectif du financement populaire (KOFIP) continue de soutenir la production du cacao dans le Nord en accordant des fonds de roulement aux coopératives membres de la FECCANO. Le coordonnateur du Collectif du financement populaire (KOFIP), M. Jean Luckner Romulus, se félicite de pouvoir supporter l’économie du pays à travers son institution qui poursuit l’objectif d’améliorer les conditions de vie des planteurs en renforçant leur production, en assurant leur sécurité alimentaire et de protéger l’environnement.

Aljany N. Zephirin

Comments

comments

scroll to top