Accueil » Culture » Jean Ronald Augustin, lauréat haïtien du prestigieux « Prix de Thèse 2017 » du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

Jean Ronald Augustin, lauréat haïtien du prestigieux « Prix de Thèse 2017 » du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

10 mai 2017, 8:07 catégorie: Culture5 969 vue(s) A+ / A-

Le docteur en Ethnologie et patrimoine à l’Université Laval (Québec, Canada),

Jean Ronald Augustin,

Prix de Thèse du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

(CNMHE, France)

 

Ancien étudiant au programme de maîtrise en Histoire, mémoire et patrimoine de l’Université d’État d’Haïti et docteur en Ethnologie et patrimoine de l’Université Laval (Québec, Canada), Jean Ronald Augustin vient de recevoir le fameux prix de Thèse du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE, France) pour sa thèse de 543 pages « Mémoire de l’esclavage en Haïti. Entrecroisement des mémoires et enjeux de la patrimonialisation », soutenue en 2016 sous la direction de Laurier Turgeon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, directeur du Laboratoire d’enquête ethnologique et multimédia (LEEM) de l’Université Laval et membre de la Commission canadienne pour l’Unesco.

Les professeurs Laënnec Hurbon, Maximilien Laroche, Hérold Toussaint et Réginald Auger ont constitué le jury ayant facilité le peaufinage de cette recherche scientifique par l’entremise de leurs critiques.

« C’est une immense satisfaction de voir les efforts des jeunes chercheurs haïtiens récompensés. Jean Ronald Augustin s’est distingué parmi les docteurs des meilleures institutions universitaires du monde francophone. Cela fait l’honneur de l’Université d’État d’Haïti et de l’Université Laval. C’est un message d’espoir aux jeunes Haïtiens en vue de persévérer dans leurs études et continuer à suivre la route du succès », nous dit le professeur Laurier Turgeon.

La cérémonie de remise de ce Prix a eu lieu à Paris le 10 mai 2017 à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite de l’esclavage et de leur abolition. Attribuée pour la première fois en 2005, cette distinction est, selon les règlements, « décernée annuellement pour une thèse en sciences sociales et humaines rédigée en langue française, présentant un caractère novateur, capable de contribuer à une meilleure connaissance de la traite négrière, du système esclavagiste, des processus d’abolition et de la mise en place de sociétés postesclavagistes dans le monde atlantique et dans l’océan indien, de la fin du XVe siècle jusqu’à la période contemporaine ». Ce prix vise à faciliter la vulgarisation et la publication de la thèse primée.

 Le travail de recherche de Jean Ronald Augustin a traité de la problématique, des usages sociaux, des pratiques, des formes d’expressions, des interprétations et des enjeux liés à la dynamique de la patrimonialisation des mémoires de l’esclavage en Haïti. Pour le jeune docteur, « la problématique de la mémoire de l’esclavage a, peu, retenu l’attention des chercheurs haïtiens bien qu’Haïti soit le premier pays où des esclaves africains aient pu se libérer du joug de l’esclavage transatlantique. Les travaux de synthèse existant sur le sujet sont incomplets et tiennent très peu compte des mémoires de ce passé comme étant des patrimoines ». D’où, l’un des objectifs de sa thèse : « mettre en lumière le rôle des mémoires multiples dans la construction des éléments de l’identité haïtienne qui hésite entre une reconnaissance ou une ignorance de la descendance d’esclave et une appropriation de la descendance d’homme libre ».

Ricarson DORCE

Comments

comments

scroll to top