Accueil » Société » Jean Alix René reçoit le prix d’Histoire 2017 de la SHHGG

Jean Alix René reçoit le prix d’Histoire 2017 de la SHHGG

06 décembre 2017, 10:11 catégorie: Société2 329 vue(s) A+ / A-

De g. à d. Les historiens Watson Denis, Jean Alix René, Pierre Buteau

et Gusti Gaillard Pourchet.

 

Le prix d’histoire 2017 de la Société haïtienne d’histoire de géographie et de géologie a été remis, le mercredi 6 décembre, au professeur Jean Alix René. Il obtient cette distinction pour son travail de recherche intitulé « Haïti après l’esclavage : l’espérance d’une vie nouvelle de liberté et d’égalité (1804-1846) ». Une cérémonie très simple, réunissant des historiens connus et d’autres intellectuels de la place, a eu lieu au local de la SHHGG dans la même salle où les résultats avaient été proclamés, le 14 novembre dernier.

Le président de la Société haïtienne d’histoire de géographie et de géologie (SHHGG), Pierre Buteau, s’est d’abord félicité de la reprise en 2015 du concours qui, après son lancement dans les années 80, a été interrompu pendant plusieurs années. Après les remerciements adressés à la Fondation Roger Gaillard qui soutient cette initiative et aux mécènes comme l’imprimerie Le Natal, la « Fondasyon Konesans ak Libète » (FOKAL) et la fondation Unibank, il a ensuite salué la qualité du travail de recherche de son collègue historien, Jean Alix René.

« Nous ne lui avons pas donné le prix, mais c’est lui qui l’a pris, lui-même, parce que son travail le mérite », déclare le président de la SHHGG. Il affirme que le texte présente une lecture intelligente de la construction de l’État haïtien au cours de la fin de la première moitié du XIXe siècle en mettant en valeur la participation de l’espace populaire dans les mises en place politiques et économiques. M. Buteau souligne également une riche historiographie visitée et analysée par cette oeuvre qui cite tant des auteurs nord-américains que des historiens haïtiens qui ont travaillé sur la genèse de l’État haïtien.

Très laconique, le récipiendaire a remercié le jury qui s’est prononcé sur son travail. Jean Alix René a expliqué comment il a mené ses recherches avec passion tout en remerciant ceux qui l’ont encouragé d’une façon ou d’une autre. Il précise que ce texte est la thèse de doctorat qu’il a soutenue à l’Université Concordia au Canada. Il sera recadré et édité pour être présenté d’ici le mois de mars sous forme d’ouvrage, promet-il.

« Les cinq membres du jury ont voté à l’unanimité pour le travail de Jean Alix René », confie le professeur Watson Denis. Selon lui, l’originalité de cette recherche réside dans le fait qu’il montre les revendications des classes populaires après l’indépendance d’Haïti. Ce thème est nouveau, dit-il en faisant remarquer que les revendications évoquées dans le texte sont pratiquement celles qui sont encore exprimées aujourd’hui. De son côté, l’historienne Gusti Gaillard Pourchet s’est déclarée satisfaite de la poursuite du concours qui encourage la production de travaux de qualité. Saluant l’accompagnement dont bénéficient les plus jeunes historiens de la part de leurs aînés, elle a estimé que l’un des meilleurs atouts de la SHHGG est la collaboration entre des chercheurs de générations différentes.

Jean Casimir, Claude Moïse, Michel Acacia et Fritz Deshommes sont parmi les académiques qui ont participé à cette cérémonie. Ils ont tous témoigné leur admiration pour le lauréat à qui ils ont souhaité bonne continuation.

Jean Alix René, professeur à l’École normale supérieure (ENS) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), a reçu, en guise de récompense, un chèque de 2000 dollars américains. L’édition du livre qui présentera sa recherche au grand public est prise en charge par les organisateurs du concours ainsi que l’impression d’un millier d’exemplaires. Plusieurs historiens, dont Michel Hector, Marc Péan et Délide Joseph avaient déjà reçu le prix de ce concours réalisé chaque deux ans en vue de faire la promotion de la recherche en histoire.

Kendi Zidor

Comments

comments

scroll to top