Accueil » Actualité » Insalubrité des rivières de Garde-sévère : le RNDDH et le REDHA tirent la sonnette d’alarme

Insalubrité des rivières de Garde-sévère : le RNDDH et le REDHA tirent la sonnette d’alarme

14 juin 2018, 10:18 catégorie: Actualité1 373 vue(s) A+ / A-

Depuis quelque temps, la population de Garde- Sévère, petite localité de Bas-de-sault, troisième section communale de Saint-Michel de l’Attalaye, fait face à une épidémie de maladie cutanée touchant particulièrement les enfants et les femmes de la communauté. Cette épidémie causant de graves problèmes à la population serait due aux mauvaises pratiques des propriétaires de « gildiv » qui déversent constamment des déchets issus de l’extraction du clairin, dans les rivières où la population puise de l’eau pour ses besoins journaliers.

Selon ACF (Action contre la Faim), en 2017 des recherches sur l’insalubrité des rivières de Garde- Sévère ont été menées sur les 7 (sept) sources des rivières. L’analyse a révélé que l’eau des 7 sources en question est contaminée et la conductivité de l’eau est amalgamée. Elle renferme de grosses molécules de calcium, de magnésium et de nitrate d’ammonium. De plus, le fait par les habitants de la localité de faire leurs besoins à même le sol dans les rivières ou non loin de celles-ci, est un comportement à risque qui peut provoquer entre autres, le choléra, la dysenterie, la typhoïde sans oublie les maladies cutanées suite a la consommation de l’eau des rivières de Garde-sévère sans un traitement approprie au préalable.

Dans le cadre d’une enquête menée par la direction départementale de la Santé publique, trois responsables de « gildiv » ont été interrogés. Ils ont tous reconnu avoir déversé leurs déchets dans les rivières.

Selon la presse locale, les autorités municipales et judiciaires ne sont pas intervenues avec la rigueur nécessaire en vue de sensibiliser les propriétaires de gildiv sur la question. Une situation d’autant plus complexe que le nombre de gildiv à Saint-Michel de l’Attalaye augmente de plus en plus et la cellule d’inspection des gildiv qui aurait dû être mise sur pied par la mairie, n’existe pas.

Jhon Becker Noel

Comments

comments

scroll to top