Accueil » Actualité » Haïti – Nations Unies: Cure d’amaigrissement en vue pour la Minustah

Haïti – Nations Unies: Cure d’amaigrissement en vue pour la Minustah

15 mai 2015, 9:55 catégorie: Actualité1 431 vue(s) A+ / A-

001min

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti  a décidé la suppression de 268 postes dans les communications, l’informatique et la consultation. Cette décision intervient dans la foulée de  l’annonce, par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon,  d’une diminution de 22% de son nouveau budget par rapport à l’exercice 2014-2015.

Le représentant d’Haïti à l’Onu, Denis Régis,  s’est opposé à cette mesure lors de la présentation du rapport du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires  au Conseil de sécurité. Il a insisté sur la nécessité de ne pas réduire l’effectif des troupes sur le terrain pendant le processus électoral.

Il a rappelé l’importance du rôle de la MINUSTAH dont la mission est  « d’aider les autorités haïtiennes à instaurer un environnement sûr et stable, en renforçant les  institutions garantes de l’état de droit de façon à préserver les gains réalisés dans la mise en place des conditions propices à une stabilité durable ».

Le Comité Consultatif pour les questions administratives et budgétaires des Nations Unies avait  recommandé à l’Assemblée générale l’ouverture d’un crédit d’un montant d’environ 386 220 600 dollars dans la perspective d’une prorogation,  par le  Conseil de sécurité, du mandat de la Mission au-delà du 15 octobre 2015.

Le 12 mars écoulé,  une mission du Club de Madrid financée par l’Union Européenne avait  plaidé à New York  en faveur du  maintien au niveau actuel des forces militaires de la MINUSTAH en Haïti jusqu’à la proclamation des résultats des élections de 2015.

Dans une lettre une adressée le 16 mars dernier  aux responsables des Opérations de Maintien de la Paix des Nations Unies et aux représentants du Conseil de Sécurité, la présidence du Club de Madrid avait insisté sur la nécessité « de consolider la démocratie institutionnelle, condition sine qua non pour l’appropriation nationale ».

Il importe de  « veiller au bon déroulement d’ élections qui revêtent un caractère essentiel dans ce processus », avait argumenté Vaira Vike-Freiberga (ancienne présidente de la Lettonie)et présidente en exercice du Club de Madrid.

La communauté internationale, avait-elle poursuivi  devrait continuer à fournir « le niveau de sécurité et de logistique le plus élevé possible aux prochaines élections haïtiennes, et donc de décaler la réduction de la MINUSTAH à l’issue du scrutin, afin de créer un environnement propice aux élections les plus complexes de ces dernières années en Haïti ».

En avril dernier, les autorités haïtiennes avaient exprimé leur préoccupation face à  la perspective d’un désengagement de l a MINUSTAH dans six  départements géographiques du pays, une mesure qui selon elles devraient entrainer l’adoption de nouvelles dispositions sur le plan sécuritaire et logistique.

La perspective de réduction des effectifs sur le terrain avait inspiré la création d’une commission interinstitutionnelle chargée  d’élaborer un plan sécuritaire pour les six régions concernées par le projet de désengagement.

 

 

 

Comments

comments

scroll to top