Accueil » Culture » « Haïti en musique » : le 228e numéro de la revue Conjonction

« Haïti en musique » : le 228e numéro de la revue Conjonction

26 janvier 2017, 9:24 catégorie: Culture6 330 vue(s) A+ / A-

Couverture du 228e numéro de la revue Conjonction

 

Le 228e numéro de Conjonction, la revue franco-haïtienne de l’Institut français en Haïti (IFH), a été présenté au public dans la soirée du mercredi 25 janvier 2017, au local de l’institution, au Bois Verna. Ce numéro titré : « Haïti en musique » est consacré à la musique haïtienne dans toutes ses facettes allant de la période précolombienne à l’ère contemporaine.

« L’Institut français en Haïti est heureux de vous présenter le dernier numéro de Conjonction consacré à la musique haïtienne », a fait savoir Jean Mathiot, son directeur. Il s’est dit satisfait de toutes les initiatives entreprises par l’Institut français pour promouvoir la musique en Haïti. « Mis à part un studio d’enregistrement qui accompagne les artistes haïtiens dans leurs travaux de sonorisation à un prix compétitif, l’institut français en Haïti a accueilli beaucoup de panels de réflexions traitant de la musique en Haïti. Et depuis quelque temps, nous organisons « Jedi mizik », une activité qui accueille tous les jeudis soirs les artistes haïtiens de toutes tendances ». Il a, par ailleurs, félicité les contributeurs qui ont travaillé à ce numéro tout en reconnaissant les limites du travail.

En l’absence de Sabine Manigat, la rédactrice en chef de la revue, le rédacteur en chef adjoint, Roody Edmé, pour sa part, a renchéri: « Ce numéro a été une occasion de réunir les réflexions des chercheurs et des musiciens autour de ce patrimoine immatériel. Ce numéro consacré à la musique du terroir, a fait une remontée dans le temps et offre également la possibilité de définir une politique culturelle dans le pays et réfléchir sur le rôle de l’université ». De l’oral à l’écrit pour sauvegarder le riche patrimoine d’Haïti de Karine Margron, Musiques coutumières haïtiennes de Claude Carré, Dialogue créole de Claude Dauphin, Archives cachées d’Haïti de Rébecca Dirksen, sont autant de sujets traités par les collaborateurs.

Mais il y a aussi l’âge d’or des années cinquante soixante en écoutant : « Haitiando » de l’ancien président haïtien feu le professeur Leslie François Manigat. La musique haïtienne à la loupe de Louis Carl Saint- Jean. Le « rara » dans la musique de scène haïtienne de Pascale Jaunay qui met la musique « rara » au coeur de l’actualité culturelle haïtienne. Sans oublier, la musique haïtienne aujourd’hui de Mathilde Périvier et Histoire, Société, Musique, de l’historien Michel Soukar. Ce dernier pense que : « la musique haïtienne prenait un tournant décisif et prometteur depuis Issa El Saieh. Pour comprendre ce carrefour capital, il importe de saisir l’évolution de notre musique. Son histoire se divise en trois périodes principales : la période précolombienne, la période coloniale et la période haïtienne.

 Illustré de photos d’Occide Jeanty, de René Victor, de partitions, de chansons, ce dernier numéro consacré à la musique haïtienne est annoté de références bibliographiques très riches. Le lecteur peut redécouvrir un riche cahier qui présente des chansons patrimoniales du pays comme la meringue carnavalesque : Kè m pa sote de Boukman Eksperyans, Wangolo, Peze Kafe, Lina, Pòs Machan, La pèson de Syto Cavé, Choukoun de Oswald Durand et Michel Mauéeart Morton, Marabout de mon coeur de Emile Roumer, Dòdòf Legros et Ayiti se de Mikaben. Ce dernier a interprété, au cours du lancement du 228e numéro Conjonction consacré à la musique haïtienne, quelques-unes de ses chansons.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top