Accueil » Actualité » Haïti-Commémoration du 212e anniversaire du drapeau: Une célébration solennelle

Haïti-Commémoration du 212e anniversaire du drapeau: Une célébration solennelle

19 mai 2015, 4:33 catégorie: Actualité1 145 vue(s) A+ / A-

Le 212e anniversaire du drapeau haïtien et de la fête de l’Université a été commémoré en grande pompe cette année dans la ville de l’Arcahaie en présence des autorités supérieures de l’État. Déclamation de textes, défilé avec fanions, fanfares, jets de ballons gonflables, parades d’écolières et écoliers en   couleurs du bicolore, ont été entre autres les activités socio-culturelles organisées ce lundi 18 mai pour marquer cette date importante dans notre histoire  de peuple.

Plusieurs personnalités du corps diplomatique dont Anne Caldwell Saint-Onge, Délègue Béton, respectivement ambassadrices du Canada et de la France,  ont été remarquées lors de ces cérémonies.  Le président de la République, Michel J. Martelly en a profité pour appeler les Haïtiennes et les Haïtiens à l’unité.

Pour suivre la voie que nous ont tracée nos Ancêtres, le chef de l’État a invité les compatriotes membres de l’opposition à vider les contentieux afin de sortir le pays de l’ornière du sous-développement. Selon lui, le drapeau, «  symbole de fierté, de souveraineté et d’honneur » du peuple haïtien, ne doit pas être relégué au second plan. Il rappelle en ce sens qu’il faut un dépassement de tout un chacun dans l’intérêt du bien commun.

Dans cette optique, le Premier citoyen de la Nation invite les compatriotes à prendre en main la destinée de cette patrie résultant d’énormes sacrifices des Pères fondateurs. À son avis, la paix, la stabilité et la jouissance des libertés passent nécessairement par l’unité pour une nouvelle Haïti. C’est par ce sentiment, précise-t-il, que les ancêtres, en dépit de leurs divergences idéologiques et leurs dissensions  sont parvenus à nous léguer cette  terre.  « Pour Haïti, Haïtiens, il n’existe aucun sacrifice que je ne peux consentir », a martelé M. Martelly.

Le président de la République a convié les Haïtiennes et Haïtiens à assumer leurs responsabilités, à résoudre leurs différends. Cette démarche, explique-t-il, permettra d’inviter l’ingérence d’autres pays dans les affaires internes d’Haïti. Car, soutient-il, nous sommes tous responsables de la situation dans laquelle se trouve notre pays.

Il a aussi mis l’accent sur la nécessité de renforcer l’Université qui, dit-il, « représente un élément fondamental dans le cadre de la construction d’une Haïti forte dans l’intérêt de ses filles et fils ». À cet effet, souligne le chef de l’État, il convient de rendre accessible l’éducation aux enfants, aux jeunes venant d’horizons divers en vue d’une société réellement préparée.

Dans la même veine, le président (du tiers) du Sénat, Andris Riché, a pour sa part, plaidé pour un  nouveau congrès de l’Arcahaie permettant de sauver la patrie. À son avis, on ne peut plus se contenter de ressasser le même rituel chaque année, à savoir : se rendre à l’Arcahaie pour célébrer le drapeau, alors qu’on oublie la situation du reste de la ville et du pays.

Le sénateur de la Grande-Anse convie ainsi les citoyens à dépasser les clivages politiques, tout en appelant à l’équité et à une meilleure répartition des richesses afin d’améliorer les conditions de vie de la population. M. Riché en a aussi profité pour appeler les politiciens à s’unir et à dialoguer en vue de résoudre définitivement les problèmes du pays.

Reynold  Aris

risreynold@yahoo.fr

Comments

comments

scroll to top