Accueil » Actualité » Gonaïves enterre les morts du drame du 12 mars

Gonaïves enterre les morts du drame du 12 mars

19 mars 2017, 10:24 catégorie: Actualité2 388 vue(s) A+ / A-

La cité de l’indépendance a chanté, samedi,

les funérailles des victimes du terrible accident de circulation,

qui a fait au moins 34 morts. / Photo : Dieulivens Jules

 

La cité de l’indépendance a chanté, samedi, les funérailles des victimes du terrible accident de circulation, qui a fait au moins 34 morts. Le président de la République, Jovenel Moïse, les présidents des deux branches du Parlement haïtien, le sénateur Youri Latortue et le député Cholzer Chancy, des autorités policières, judiciaires, religieuses et civiles ont pris part à cette cérémonie funèbre, a observé Le National.

La place d’armes des Gonaïves était le théâtre des funérailles collectives de vingt-six des trente-quatre disparus. Trois stands ont été placés à cet effet. Deux (2) pour accueillir les officiels et les familles des victimes et l’autre pour exposer les cercueils ornés de fleurs.

La cérémonie a débuté à 9 h 35. Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place d’armes en vue de rendre un dernier hommage aux victimes. L’émotion, la tristesse étaient visibles dans l’assistance. Plusieurs parents et proches n’ont pu retenir leurs larmes. Une semaine après cet accident mortel, la ville des Gonaïves reste encore sous le choc.

Ému, le célébrant principal de la cérémonie, monseigneur Yves Marie Péan a fait savoir que c’est la ville entière qui pleure le départ tragique des 34 victimes. L’évêque du diocèse des Gonaïves a tenté de réconforter les parents victimes, en les invitant à marcher selon la volonté de Dieu. D’un autre côté, le prélat a exhorté les autorités compétentes du pays à prendre toutes les dispositions afin d’éviter, à l’avenir de tels accidents meurtriers.

Dans son intervention, le maire principal de la commune des Gonaïves, Neil Latortue, s’incline devant les dépouilles des victimes du drame de Mapou. Une fois de plus, le premier citoyen de la commune dit déplorer l’incident. Très préoccupé, M. Latortue a annoncé des mesures sécuritaires préventives, tout en exigeant l’arrestation du conducteur de l’autobus, jusqu’à maintenant en cavale, a-t-on appris.

Le pasteur Abner Georges a pris la parole au nom des familles des victimes. Il a indiqué que ces familles ont déjà mis sur pied une association en vue d’éviter pareille situation, une autre fois. M. Georges a exigé justice et réparation pour les parents victimes. Selon lui, cette tragédie n’est pas sans conséquence sur les familles. Il a profité de la présence du chef de l’État pour solliciter une sorte d’accompagnement pour les parents des disparus.

Le président de la République, Jovenel Moïse, a pris la parole en dernier. D’entrée de jeu, il a exprimé son profond regret. « Tout le pays est affecté par cette tragédie », a dit le président. Ce deuil s’installe pour longtemps chez les parents et proches des personnes décédées, a-t-il déclaré d’un air triste. Les Haïtiens sont, trop souvent, victimes d’accidents de la route. Conscient de cette situation, M. Moïse a pris l’engagement de régulariser le secteur du transport terrestre. À cet effet, il promet de redynamiser le service d’inspection des voitures dans les dix départements géographiques du pays. Par ailleurs, Jovenel Moïse a exhorté les autorités policières et judiciaires à diligenter une enquête afin de déterminer les causes de cet accident mortel. Le locataire du Palais national a, aussi, exigé l’arrestation du chauffeur de l’autobus qu’il a qualifié de « criminel ».

Après la cérémonie, le chef de l’État, accompagné de plusieurs autres officiels a déposé symboliquement une gerbe de fleurs sur le site même de la tragédie.

 Dieulivens Jules

Comments

comments

scroll to top