Accueil » Culture » Garens Jean-Louis, gagnant du premier concours Hashtagpam du centre PEN

Garens Jean-Louis, gagnant du premier concours Hashtagpam du centre PEN

12 mars 2018, 8:00 catégorie: Culture3 340 vue(s) A+ / A-

Le blogueur Garens Jean-Louis,

gagnant du concours de hashtag.

 

Garens Jean-Louis, vingt-sept ans, a remporté avec son texte : « # Fè yo wont » le premier Prix du concours Hashtagpam organisé par le centre Pen à l’occasion de la Journée internationale de la femme. La cérémonie de la remise des prix a eu lieu au centre culturel Pyepoudre, le jeudi 8 mars 2018 dans l’après midi en présence notamment des nouveaux membres du Conseil d’administration du centre Pen. Le gagnant, dans son texte, fort significatif, a dénoncé le harcèlement sexuel particulièrement dans le milieu professionnel. Il a reçu des primes offertes par la maison Henry Deschamps et la Direction nationale du livre (DNL).

Garens Jean-Louis a fréquenté la faculté de Linguistique appliquée. Dans un entretien accordé au journal Le National, le lauréat a fait savoir que son texte intitulé : « #Fè yo wont » est une façon pour lui de dénoncer avec force le harcèlement sexuel en Haïti et partout à travers le monde. « Il ne faut pas tolérer tous ceux-là qui pratiquent cet acte ignoble. Les femmes doivent apprendre à porter plainte. Elles n’ont aucun intérêt à subir l’harcèlement sexuel qui est souvent exercé dans le milieu professionnel. Les femmes doivent utiliser plusieurs démarches pour faire valoir leur dignité. Elles sont obligées de dénoncer l’attitude irrévérencieuse des hommes à leur égard. »

Quelques extraits du texte primé ont été lus pour l’auditoire. La nouvelle présidente du centre Pen, la nouvelliste et romancière Kettly Mars a félicité le gagnant qui a pointé du doigt un fait social qui annihile l’humain dans sa dignité. Au début de la cérémonie, Mme Mars a souligné que chaque personne, quelle que soit sa sphère d’activité doit oeuvrer pour le respect des droits des femmes. « C’est un combat que nous menons. Le centre Pen a voulu célébrer la Journée internationale de la femme en suscitant des réflexions autour des droits de femmes. C’est notre combat, notre postulat. La Journée internationale de la femme est aussi l’occasion pour nous d’honorer les femmes et de revoir les chemins parcourus dans la lutte pour leur émancipation et leur respect. Le premier principe du centre Pen c’est la liberté d’expression. Nous cherchons à allier cette liberté à la cause des femmes. »

La cérémonie de remise des Prix s’est déroulée dans une atmosphère de convivialité. Elle était marquée par des textes dits par Coutchève Aupont et Johanna et par les interprétations du chanteur Wooly Saint-Louis Jean. Avec sa guitare, Wooly, le chanteur à texte a chanté les poèmes de Georges Castera, Kettly Mars, Emmelie Prophète Milcé, l’éditorialiste et le romancier Gary Victor, présents dans l’assistance. Il faut rappeler que depuis le 8 février 2018, le centre Pen a lancé ce concours de réflexions et de débats sur la condition des femmes en Haïti. Les participants dont vingt-cinq pour cent étaient des hommes selon le rapport de Kettly Mars avaient, selon les règlements du concours, crée, entre autres, un hashtag et proposer une réflexion pertinente de deux cent cinquante mots sur les droits des femmes. Ce concours a été créé pour dénoncer le sexisme et le harcèlement sexuel.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top