Accueil » Actualité » Gare à la libération des bandits et criminels !

Gare à la libération des bandits et criminels !

07 décembre 2017, 12:03 catégorie: Actualité3 208 vue(s) A+ / A-

Le commissaire du gouvernement, Me Ocnam Clamé Daméus.

 

En ce mois de décembre, plusieurs prisonniers pourraient bénéficier de la grâce présidentielle qui sera offerte par le chef de l’Etat Jovenel Moïse. L’annonce a été faite par le commissaire du gouvernement de Portau- Prince, Me Clamé Ocnam Daméus et le protecteur du citoyen, Renan Hédouville, à l’occasion d’une visite au pénitencier national dans la matinée du mercredi 6 décembre.

Voulant s’attaquer aux problèmes de la détention préventive prolongée, le commissaire du gouvernement et le protecteur du citoyen s’étaient rendus au pénitencier national, ce mercredi, en vue de s’enquérir du niveau de complexité de cette situation qui met dans l’embarras les autorités judiciaires du pays. Selon les déclarations du commissaire du gouvernement, une cellule d’urgence composée de plusieurs acteurs du système judiciaire sera mise sur pied afin d’étudier les dossiers des prisonniers.

De son côté, le protecteur du citoyen et de la citoyenne, Renan Hédouville, a renouvelé son engagement de travailler de concert avec les tribunaux de première instance et l’administration pénitentiaire sur la situation des détenus. Renan Hédouville a par ailleurs plaidé en faveur de la construction d’une prison moderne dans la juridiction de Port-au- Prince pour décongestionner le Pénitencier national.

 Toutefois, le chef du parquet de Port-au-Prince a promis de travailler d’arrache-pied sur les dossiers des détenus afin de soumettre à l’exécutif dans un délai raisonnable la liste des prisonniers qui doivent bénéficier de la grâce présidentielle en cette fin d’année. Une opération jugée un peu délicate par certaines organisations évoluant dans le domaine judiciaire. Selon ces organisations, notamment le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), la grâce présidentielle est souvent accordée aux partisans du pouvoir qui ne sont pas dignes de la recevoir.

À titre d’exemple, le réseau a parlé de la grâce présidentielle accordée à plus d’une centaine de prisonniers en novembre 2013 par l’ancien président Michel Joseph Martelly. On se le rappelle, en date du 10 novembre 2013, deux arrêtés ont été signés par l’ancien président Martelly pour accorder grâce présidentielle à 105 prisonniers d’une quinzaine de centres de détention du pays, et une réduction de peine à 6 prisonniers condamnés à perpétuité. Ces libérations ont été dénoncées par le coordonnateur général du RNDDH, Pierre Espérance, qui avait produit un rapport pour dénoncer la libération des bandits et criminels qui ont travaillé en faveur du pouvoir en place.

 Déjà, l’organisation lance une mise en garde contre l’actuel chef d’État du pays, Jovenel Moïse, qui se prépare à exécuter ce plein pouvoir accordé uniquement au président de la République par la loi mère du pays. Le défenseur des droits du citoyen conseille aux autorités judiciaires qui étudient les dossiers des détenus, mais de façon plus particulièrement le président de la République de faire bien attention à ne pas libérer des bandits et criminels notoires qui ont l’habitude de semer la pagaille au sein de la population, surtout dans les périodes de fins d’années. À l’occasion de sa plaidoirie, le coordonnateur du RNDDH a présenté plusieurs cas de personnes libérées par grâce présidentielle et qui, quelques jours après, ont commis des cas de vol ou d’homicide.

Evens RÉGIS

Comments

comments

scroll to top