Accueil » Tribune Parlementaire » Les fêtes champêtres nuisent au bon fonctionnement de la Chambre basse

Les fêtes champêtres nuisent au bon fonctionnement de la Chambre basse

03 août 2017, 8:38 catégorie: Tribune Parlementaire156 202 vue(s) A+ / A-

Le député de Saint-Michel de l’Attalaye, Myriam Amilcar.

 

Le député de Saint-Michel de l’Attalaye, Myriam Amilcar, de passage à l’émission Tribune parlementaire, s’est livré sur plusieurs dossiers de l’actualité. Ce faisant, il a abordé la difficulté que rencontre la Chambre basse à tenir des séances régulièrement.

Sous le coup de 18 heures, la parole est donnée aux parlementaires de la République, tous les samedis sur la radio Pacific FM, pour présenter au grand public leurs propositions, leurs activités ainsi que celles du Parlement haïtien. Le samedi 29 juillet 2017, le témoin était le député Myriam Amilcar, représentant de la circonscription Saint-Michel de l’Attalaye à la 50e législature. À la question de savoir quelles causes peuvent expliquer la difficulté que rencontre la Chambre des députés à avoir des séances régulières depuis un an environ, le député Amilcar a donné sa réponse : les fêtes champêtres nuisent au bon fonctionnement de la Chambre des députés. Malgré cette affirmation quelque peu surprenante, le député, membre du bloc VERITEOPL et alliés, n’entend pas laisser croire que les parlementaires sont des irresponsables. Selon ses propos, il faut trouver la formule adéquate pour pallier ce problème qui empêche aux honorables députés d’effectuer leur travail constitutionnel, de voter les lois, contrôler l’action gouvernementale. Par la même occasion, la productivité de la Chambre des députés est remise en question.

S’il n’a pas encore pris l’initiative de déposer une proposition de loi au bureau de la Chambre basse, le député travaille régulièrement sur des textes de loi puisqu’il est membre de trois (3) commissions : trois commissions permanentes et une commission spéciale. Il est donc le secrétaire-rapporteur de la commission Éducation à la Chambre des députés ; membre de la commission Intérieur et des Collectivités territoriales ; de la commission Agriculture et de la commission spéciale pour la réforme constitutionnelle. Les commissions précédemment citées travaillent sur plusieurs textes de loi qui leur ont été remis pour étude et analyse.

 En ce qui concerne la loi de finances 2017-2018, il s’est gardé de saluer l’Exécutif pour le budget qui, concède-t-il, garde la même ossature depuis 1987. Il nuance cependant pour affirmer que le budget est muet sur plusieurs points fondamentaux comme le combat de la faim.

 Intervenant sur le salaire minimum qui agite l’actualité politique, le député Amilcar prêche l’équilibre et la conciliation parce qu’il faut garder le peu d’emplois, dont dispose le pays.

Dans l’attente de la formule qui permettra aux députés de tenir séance tout en restant proche de la population, il ya lieu de rappeler aux parlementaires que le peuple attend beaucoup d’eux.

 Réginald Calixte

Comments

comments

scroll to top