Accueil » Culture » Un festival pour valoriser la production cinématographique haïtienne, cubaine et dominicaine

Un festival pour valoriser la production cinématographique haïtienne, cubaine et dominicaine

17 février 2016, 9:57 catégorie: Culture726 vue(s) A+ / A-

Un festival pour valoriser la production cinématographique  haïtienne, cubaine et dominicaine

Affiche du film « Si Bondye vle, Yuli (67 mns 13 s) » de Juancito Jean, qui sera
projeté le 23 février à la Fokal./Photo : Sparring Partners

 

L’association Sparring Partners organise du 17 au 23 février 2016, à la salle Unesco de la Fokal, un festival de courts métrages qui attirera l’attention des spectateurs sur les œuvres cinématographiques des jeunes réalisateurs professionnels haïtiens, cubains et dominicains. Dix-huit (18) documentaires abordant des problèmes sociaux et des thématiques diverses seront projetés durant cette période. Selon Nicolas Roy, l’une des chevilles ouvrières de cette initiative, ce festival vise à encourager le travail de ces réalisateurs qui œuvrent dans la production audiovisuelle.

Cette initiative qui a été déjà réalisée à Cuba et en République dominicaine mettra en valeur les œuvres cinématographiques des jeunes professionnels haïtiens, cubains et dominicains. « Entre 17 et 20 heures seront projetés durant ce festival deux ou trois documentaires par jour », a affirmé Nicolas Roy dans un entretien accordé au journal Le National à la veille de l’ouverture de la semaine consacrée à la production audiovisuelle.

Plusieurs films sont retenus dans la programmation. D’abord, « Les guérisseurs de l’ombre » de Pierre Michel  Jean et « La déchirure » de Fergusson Hermogène, sont des documentaires qui offrent une analyse du choix des étudiants finissants de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Gonaïves (EDSEG). Ces étudiants ont fait choix de l’ancien dictateur haïtien Jean Claude Duvalier pour être leur premier témoin lors de leur cérémonie de collation de diplômes.

Sera aussi diffusé « Avec Naomie » de Dumas Maçon qui conduira les cinéphiles dans le monde du travail domestique en Haïti. Il y aura aussi « Mawoule » de Junior Serge Pierre et Jonas Calvert, « Toussaint Louverture, miroir d’une société » de Pierre Luckson Bellegarde et « Haïti, belles-de-nuit » de Jennifer Charles qui analyse les conditions sanitaires des travailleuses de sexe au Champ-de-Mars.

En ce qui a trait à la production cubaine et à celle de la République dominicaine, plusieurs documentaires seront projetés. Citons : « El momento mas oscuro » d’Alejandro Modovan qui explique à travers des images l’exode rural à Cuba. « Hereo de culto » d’Ernesto Sanches Valdes qui essaie de démontrer un paradoxe sur le fait que les bustes de Jose Marti sont visibles sur les bâtiments et les places publiques à Cuba. « Carribean fantasy » de Johana Gomez Terreo montrera les arcanes d’une histoire d’amour entre deux personnes qui ne sont pas mariées.

Ces films seront diffusés en présence des réalisateurs dont certains d’entre eux ont déjà remporté des prix, a révélé Nicolas Roy. Il a profité pour lancer un appel aux cinéphiles à venir en grand nombre assister à ces représentations. Ce sera, selon lui, l’occasion pour les réalisateurs de se faire connaitre dans le monde professionnel.

Il faut souligner que Sparring Partners est une initiative du Programme culturel de l’Amérique Centrale et des Caraïbes conçu notamment avec les productions Fanal et Memoria y Cultura. L’événement a trouvé l’appui du Programme ACP Culture et le financement de l’Union européenne. Il est mis en œuvre par le secrétariat de l’ACP (Afrique Caraïbes et Pacifique) et soutenu, entre autres, par la Sogebank et la Fokal.

Schultz Laurent  Junior

 

Comments

comments

scroll to top