Accueil » Actualité » Fermeture temporaire de la frontière haïtiano-dominicaine

Fermeture temporaire de la frontière haïtiano-dominicaine

10 juillet 2018, 9:26 catégorie: Actualité3 006 vue(s) A+ / A-

Les conséquences des émeutes sont palpables à la frontière haïtiano-dominicaine. Les administrations douanières à Jimani et à Dajabón sont fermées depuis hier lundi 9 juillet 2018, afin de garantir la sécurité des employés de la douane dominicaine a informé la Direction générale des douanes dominicaines suite à la situation de tension qui régnait dans la partie haïtienne.

Vu la situation chaotique, violente et confuse qui régnait en Haïti y compris la frontière et en particulier aux douanes haïtiennes à Fond Parisien (Malpasse). La Direction générale des douanes dominicaines, afin de garantir la sécurité de ses employés, a pris la décision de fermer les administrations douanières à Jimani et à Dajabón, lundi.

Les émeutes ont commencé dimanche, sur la frontière haïtienne, des véhicules ont été incendiés et des pillages ont été constatés, tandis que les bureaux de l’immigration et des douanes de Malpasse ont été saccagés et partiellement incendiés par des Haïtiens révoltés.

Cette situation de tension et de crise que connaît Haïti a empêché le fonctionnement du marché binational qui se tient chaque semaine, tous les lundi et jeudi à la frontière de Malpasse, faute de clients et de vendeurs. Une vive tension a été constatée dans les points de vente et les magasins ; les commerçants craignaient d’être pillés.

D’autre part, la livraison de marchandises en Haïti a cessé depuis vendredi ne pouvant avoir de garantie de sécurité et de vie, pour les transporteurs dominicains qui conduisent les camions. Ricardo de los Santos, le président de la Fédération nationale des transports dominicains a confirmé que le transport de marchandises vers Haïti était paralysé, il a souligné que «nous n’avons pas de rapports indiquant qu’il y a eu des problèmes en Haïti avec un de nos membres, mais nous n’y entrons pas pour prévenir tout risque d’incident», précisant que cette situation se poursuivra jusqu’à ce que le calme soit rétabli en Haïti et la sécurité des transporteurs dominicains, garantie.

Le commerce en Haïti dépend, en grande partie, de l’importation des produits de la République dominicaine. Le pays risque une pénurie si cette situation persiste. Il est temps de penser au développement industriel et agricole du pays, afin d’importer moins et de produire plus.

Bernadette Montas

Comments

comments

scroll to top