Accueil » Economie » Exercice fiscal 2016-2017: à quand le budget rectificatif?

Exercice fiscal 2016-2017: à quand le budget rectificatif?

11 mai 2017, 10:55 catégorie: Economie5 884 vue(s) A+ / A-

Selon certains économistes, l’Exécutif doit doter le pays d’un budget rectificatif pour le reste de l’exercice fiscal qui prendra fin le 30 septembre prochain. Ce, en vue de résoudre un certain nombre de problèmes dont les séquelles laissées par l’ouragan Matthew, le faible taux de croissance du PIB pour l’exercice fiscal 2016-2017, soit 2.2%. En ce sens, le budget rectificatif s’avère essentiel afin de changer la donne. Pourtant, les autorités tardent encore à présenter le document au Parlement aux fins de vote.

Doter le pays d’un budget rectificatif est une tâche herculéenne pour l’administration Moïse-Lafontant qui ne doit pas enfreindre ce principe. Pour l’exercice fiscal en cours, le budget se chiffrait à 121.9 milliards de gourdes. Et, déjà, on est au dernier trimestre de cet exercice fiscal, ce qui laisse planer des inquiétudes autour des projections et promesses faites par l’équipe gouvernementale. Les autorités doivent, à cet effet, se démener dans un délai record pour présenter le budget par-devant le Parlement. Avec une économie en decrescendo, surtout avec la baisse des activités commerciales, un grand effort doit être consenti en vue rectifier le tir.

Le 30 juin est la date constitutionnelle où le projet de loi de Finances 2017-2018 devrait être déposé au Parlement pour être analysé puis voté par les deux assemblées du pouvoir législatif, conformément aux prescrits constitutionnels. La tâche est ardue et les défis à relever sont énormes. Le temps passe, et rien n’est encore dit à propos du budget rectificatif. Ce retard pourrait compliquer la tâche des gouvernants un peu plus, et plombe de nouveau l’économie, au cas où les prévisions de croissance ne seraient pas atteintes.

 Paradoxalement, lors du diagnostic de l’administration publique la semaine écoulée, le Premier ministre Jack Guy Lafontant a dressé un tableau sombre du fonctionnement des différentes institutions publiques. De cet état des lieux, Jack Guy Lafontant a affirmé que le pays a besoin de plus de 2,72 milliards de dollars américains pour relancer les activités économiques dans la région du grand Sud touchée par le passage de l’ouragan dévastateur Matthew, occasionnant des pertes estimées à 36, 5 milliards de gourdes.

En ce qui concerne le trésor public, les recettes de l’État pour ces six derniers mois sont évaluées à 34,8 milliards de gourdes, soit 28,5 % des prévisions de l’exercice fiscal 2016-2017, alors que 54 % de cette somme sont déjà dépensés dans l’achat des matériels, le paiement du personnel, subvention, etc., ce qui donne à l’État haïtien un déficit de plus de 6 milliards de gourdes. À cette présentation, le Premier ministre a épinglé l’administration Privert/Jean- Charles. Ce qui sous-entend, selon le Premier ministre Lafontant, que le gouvernement provisoire a déjà dépensé plus que la moitié du budget de l’exercice fiscal 2016- 2017. Ce qui aurait rendu, à bien interpréter ses propos, néfaste la situation économique du pays.

Devant cette situation lamentable, aucun responsable de l’État ne devrait se dédouaner. La Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA), même en étant en crise, devrait prendre toutes les dispositions pour auditer les dossiers liés aux dépenses des maigres ressources de l’Etat.

Therno N. A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top