Accueil » Actualité » ENS: des étudiants finissants exigent leur intégration

ENS: des étudiants finissants exigent leur intégration

08 février 2018, 8:13 catégorie: Actualité12 502 vue(s) A+ / A-

les deux intervenants à l’occasion de la conférence.

Quelques mois après un long silence observé par les finissants de l’École normale supérieure exigeant incessamment des autorités du ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) stage et nomination,  le dossier a rebondi de nouveau.  Dans les locaux de l’ENS, une conférence de presse s’est tenue, le jeudi 8 février 2018, en vue d’exiger la signature du contrat de stage qui se fait attendre depuis novembre 2016.

Alors que l’université d’État d’Haïti (UEH) fait face à une crise multiforme qui entrave son fonctionnement normal depuis quelque temps, le torchon qui brule entre les étudiants finissants de l’École normale supérieure et le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle refait surface quelques mois après la réouverture de ladite faculté. En attente depuis tantôt un an d’une décision du MENFP leur ordonnant de signer leur contrat de stage conformément au protocole d’accord paraphé entre les deux institutions, les protestataires  ont menacé, le jeudi 8 février 2018, de passer à un stade supérieur en vue de porter les responsables à prendre en compte leurs revendications.

En effet, selon le protocole d’accord signé entre le ministre d’alors, Vanneur Pierre et le directeur académique du conseil de direction de l’ENS, M. Bérard Cénatus, le 22 mai 2013, le ministère s’était engagé à recevoir comme stagiaires les finissants de l’ENS dans ses établissements d’enseignement. Il avait aussi proposé de recruter pour un temps probatoire d’une année  les certifiés de l’année en cours. De l’avis des étudiants, le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle n’a jamais assumé sa responsabilité dans ce dossier. Malgré les efforts consentis et du côté du décanat de la faculté et du côté des étudiants, leur cas n’a jamais été pris en considération. Par conséquent, en vue de faire pression et de mettre les dirigeants du ministère face à ses responsabilités, ils menacent de se rendre eux-mêmes devant les locaux du MENFP, le jeudi 15 février en cours pour exprimer leur mécontentement et exiger une réponse concrète de la part des autorités.

‹‹Ce ne sont pas les démarches qui font défaut au processus››, a soutenu, l’étudiant finissant, Jean-Pierre Camil, informant que la direction de l’ENS avait depuis, le 27 janvier 2016, soumis les dossiers des étudiants aux autorités du MENFP pour les suites nécessaires. Constatant le retard enregistré dans le processus, une autre correspondance leur a été acheminée le  22 janvier 2018, a-t-il  ajouté. Il  impute le blocage du dossier à la mauvaise foi du titulaire du MENFP, Pierre Josué Agénor Cadet, la seule option leur restant c’est  le bras fort en l’occurrence l’occupation des rues.

Les étudiants se montrent très hostiles au  ministre Cadet qui, selon eux,   durant ses neuf premiers mois au ministère,  n’a absolument rien fait pour améliorer le système éducatif. Ils sont finalement très critiques à l’ensemble de  l’administration Moïse/Lafontant qui, disent-ils, traite, en parent pauvre les acteurs de l’éducation pendant  qu’elle alloue de fortes sommes à d’autres secteurs moins importants et qui ne devraient même pas figurer sur la liste des priorités d’un gouvernement  visant  le bien-être de sa population.

 

 

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top