Accueil » Justice » Edrick Léandre condamné mais bientôt libéré

Edrick Léandre condamné mais bientôt libéré

16 décembre 2015, 9:48 catégorie: Justice7 201 vue(s) A+ / A-

Il ne reste à M. Edrick Léandre qu’un seul mois à passer au pénitencier national où il se trouve depuis mai 2011. L’ancien directeur général de l’Office d’Assurance des Véhicules contre Tiers (OAVCT) a pu finalement obtenir le dernier mot du tribunal criminel qui l’a condamné à  quatre ans et huit mois d’emprisonnement avec le bénéfice de la loi du 4 décembre 1893 dite loi Lespinasse. Entre temps, M. Léandre devra verser à l’État plus de 17 millions de gourdes.  Aussi pendant les trois prochaines années, il ne pourra ni se porter candidat, ni voter, ni même se marier ce, en raison de la perte de ses droits civils, politiques et de famille.

C’est le terme d’un long périple pour Edrick Léandre et ses avocats. Le tribunal criminel l’a reconnu coupable uniquement de corruption et de détournement de fonds alors qu’il était également accusé d’association de malfaiteurs et de blanchiment des avoirs. Au terme d’un procès à la fois instructif et significatif, l’ancien directeur de l’OAVCT qui faisait aussi l’objet d’une condamnation de la justice administrative suite à un arrêt de débet de la cour des comptes et du contentieux administratif, a pu échapper à la peine de dix ans  de travaux forcés qui était réclamée par les représentants du ministère public à ce procès. Le parquet valablement représenté par les magistrats Claude Jean et Claude Michel avait requis du tribunal en plus d’une peine de dix ans de travaux forcés, le paiement d’une amende de deux millions de gourdes et la privation à M. Léandre de ses droits civils, politiques et de famille.

Les avocats de Monsieur Edrick Léandre, Me Reynold Georges, Me Ernst Prevost et Me Eddy Léandre se sont évertués à convaincre le doyen du tribunal criminel d’écarter les réquisitions du ministère public. Rejetant jusqu’au bout toute culpabilité de leur client, les avocats de la défense ont vainement tenté d’obtenir la libération de M. Léandre le jour même de l’audience. Mais le juge Berge O. Surpris, évoquant aussi l’arrêt de débet déjà rendu par la Cour des comptes dans cette affaire, a décidé de faire droit à la demande de l’État haïtien relative à la restitution d’environ 17 millions de gourdes et prononcer une peine de quatre ans et huit mois d’emprisonnement. En comptant le temps déjà passé en prison depuis mai 2011, Edrick Léandre pourra laisser le pénitencier national le 31 janvier 2016, si sa décision acquiert entre temps l’autorité de la chose jugée et s’il n’est retenu pour autre cause.

Dans toutes ses interventions au cours de l’audience,  Edrick Léandre a plaidé son innocence et s’est dit victime d’un complot tramé au plus haut niveau de l’État.

Rappelons qu’il s’était déjà présenté par devant le tribunal criminel en août 2012. Face à la fougue du représentant du ministère public, le commissaire du gouvernement à l’époque, Me. Jean Renel Sénatus, le conseil de la défense avait stratégiquement demandé au tribunal de renvoyer l’affaire à une prochaine assise criminelle, évoquant leur manque de confiance dans la bonne foi du juge d’audience.

Eddy Laguerre, Av.

Comments

comments

scroll to top