Accueil » Actualité » Échanges sereins sur le financement des partis politiques

Échanges sereins sur le financement des partis politiques

11 octobre 2017, 10:22 catégorie: Actualité2 702 vue(s) A+ / A-

Vue de l’assistance et du panel lors des échanges sur le financement des partis politiques.

 

Le président de la République, Jovenel Moïse, a rencontré à nouveau, ce mercredi 11 octobre, au Palais national, une cinquantaine de partis politiques autour des consultations sur l’institutionnalisation des partis politiques, notamment en ce qui a trait au financement public prévu par la loi.

« Cette rencontre leur a permis de débattre du mécanisme idoine pour donner effet à la loi », fait savoir le ministère de la Communication sur son site.

Cette rencontre avec les partis politiques, survient après celle du 14 septembre dernier, au cours de laquelle plusieurs partis politiques ne s’étaient pas présentés, notamment les partis Fanmi Lavalas, Fusion, Plateforme Vérité, Plateforme Pitit Dessalines, pour ne citer que ceux-là.

Le Parti Fanmi Lavalas ainsi que le Parti Pitit Dessalines ont brillé par leur absence, lors de la rencontre de ce mercredi 11 octobre 2017.

Cependant, au terme de cette rencontre, une commission a été mise sur pied, ayant à sa tête plusieurs représentants de partis politiques, tels que l’Organisation du peuple en lutte (OPL), Union nationale pour l’intégrité et la réconciliation (UNIR), Plateforme Vérité, Konvansyon Inite Demokratik (KID), Parti Haïtien Tèt Kale, et la Ligue alternative pour le Progrès et l’Émancipation haïtienne (LAPEH).

L’ingénieur Mathias Pierre, qui a représenté le parti politique Lapeh au moment de la rencontre, soutient que c’est une nécessité pour que les pratiques politiques se fassent dans les instances habilitées à cette tâche.

Sept (7) partis ont constitué ce comité de suivi, il s’agit d’Yvelt Chéry de l’Opl, de Marie-France Claude du Parti démocrate-chrétien haïtien (PDCH), de Raoul Pierre Louis de l’UNIR, Jackson Télus, Gertrude Bien-aimé de Vérité, du Dr Henold Joseph du Kid, le Phtk, et Mathias Pierre, qui représente Lapeh.

Cette commission a pour rôle d’aller scruter la loi sur les partis politiques, afin de voir ce qu’elle dit en termes de formation et formalisation de la vie politique dans le pays.

Cette commission doit regarder également la rubrique qui parle de financement public des partis politiques, à partir de cela, il faudra regarder les dispositions transitoires pour voir de quelle manière, elles ont été appliquées.

Ainsi, devront-ils faire un ensemble de suggestions au président de la République dans le cadre de l’application de cette loi.

L’ancien colonel Himmler Rébu, présent au nom de son parti : Grand Rassemblement pour l’Évolution d’Haïti (GREH), fait savoir que c’est une nécessité pour que divers secteurs de la vie nationale discutent entre eux.

En ce sens, il a fait un plaidoyer concernant les états généraux sectoriels de la nation qu’avait promis le président de la République Jovenel, qui tarde encore à se matérialiser.

Pour sa part, le président du Sénat, Youri Latortue salue la décision prise par le président d’avoir tenu cette rencontre avec les acteurs politiques, dans le cadre de ce dialogue politique. Ce qui doit permettre au pays de cesser de faire du surplace.

Ainsi, demande-t-il au chef de l’État de s’asseoir avec tous les acteurs de la société civile, parce qu’ils ont leur rôle à jouer dans le cadre du développement du pays. Il dit croire dans le dialogue politique entamé par le chef de l’État.

« De concert avec les représentants de partis politiques, ils doivent discuter sur les applications de la loi concernant les partis politiques, ce qui leur permettrait d’aboutir à de meilleurs résultats lors des prochaines élections » renchérit le président du Sénat Youri Latortue.

L’ancien sénateur Jean Charles Moïse, leader du parti Pitit Dessalines, a dénoncé cette rencontre avec les partis politiques. Pour lui, ce sont des manoeuvres du chef de l’État pour tenter de séduire une série de partis politiques, en leur offrant des avantages, pour écraser le mouvement de manifestation enclenchée contre lui, concernant la publication dans le journal officiel « Le Moniteur » de la loi de finances 2017-2018.

Il réitère sa détermination de continuer avec les mouvements de revendications.

Luné Baltazar Jacques, représentant du Parti Haïtien tèt kale (PHTK), a déclaré qu’un parti politique a toujours la possibilité de refuser le financement que l’État prévoit pour les partis.

« La loi sur le financement des partis politiques, c’est une affaire d’ordre public, légalement, les partis Fanmi Lavalas, Pitit Dessalines, ont droit à ces financements. Ce n’est pas un cadeau du président Moise, mais c’est une loi qui stipule que les partis politiques qui participent aux élections doivent bénéficier d’un financement public », fait savoir Luné Baltazar Jacques.

« Au cours des échanges, les positions ont été partagées entre les responsables de partis qui préconisent le financement public dans l’immédiat et un courant qui a exprimé le souhait de différer l’application de la loi y afférente à une conjoncture ultérieure, quand l’État sera en mesure de répondre à cette obligation légale », lit-on dans un communiqué de presse de la présidence.

Aussi des responsables de partis ont mis en garde contre la perception populaire que le financement des partis constituerait un gaspillage de ressources.

Un autre sujet d’intérêt a été de trouver une formule inclusive et représentative pour que les partis politiques puissent se convenir de la formation d’un comité qui jouit de la légitimité requise pour poursuivre les discussions.

Pour sa part, le président de la République a rassuré les responsables de partis de sa volonté ferme de contribuer pleinement au renforcement institutionnel efficace de l’espace politique.

En outre, les partis politiques ont convenu de se rencontrer ce vendredi 13 octobre afin de définir ensemble la formule pour la mise en oeuvre d’une politique d’institutionnalisation convenable à l’ensemble du secteur politique.

Jean Élie Paul

Comments

comments

scroll to top