Accueil » Economie » Le dossier des produits en polystyrène et styrofoam refait surface

Le dossier des produits en polystyrène et styrofoam refait surface

30 janvier 2018, 10:12 catégorie: Economie6 351 vue(s) A+ / A-

Un nouveau communiqué, paru le 29 janvier 2018, signé des ministres de l’Environnement (ME), de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP), de l’Économie et des Finances (MEF), du Commerce et de l’Industrie (MCI), rappelle aux personnes concernées que l’Arrêté en date du 10 juillet 2013 est encore d’application. L’arrêté interdisait de produire, d’importer, de commercialiser et d’utiliser, sous quelque forme que ce soit, des sacs en polyéthylène et objets en polystyrène expansé (PSE ou PS ou styrofoam) à usage alimentaire unique, tels que plateaux, barquettes, bouteilles, sachets, gobelets et assiettes. Le gouvernement d’alors avait annoncé des sanctions contre les propriétaires de ces marchandises et la confiscation de toutes les cargaisons, au niveau de la douane, qui renfermerait ces objets.

Plus loin, le communiqué informe que des brigades spécialisées vont être déployées sur l’ensemble du territoire pour veiller à la stricte application du dudit arrêté. Il souligne que les produits prohibés ne seront sans considération aucune. Ce nouveau communiqué vient s’ajouter à la longue liste de documents publiés autour de ce dossier depuis la publication de l’arrêté en date du 10 juillet 2013. Le gouvernement d’alors avait même interdit l’utilisation de ces assiettes et autres produits dans l’administration publique haïtienne. Alors que le Bois de Chêne représente le lit de ces tonnes de déchets, dont nos fameuses assiettes en styrofoam. Partout, dans les rues, les égouts, les canalisations on les retrouve. Les signataires du communiqué rappellent que l’utilisation persistante et abusive de ces produits constitue un problème environnemental majeur non seulement pour le pays amis pour les autres pays de la région.

La publication de cette décision avait suscité une levée de boucliers parmi certains importateurs. Des industriels avaient dénoncé et exigé de l’accompagnement pour changer et proposer des produits recyclables. Depuis l’arrêté ministériel interdisant leurs productions, importations et commercialisations, l’utilisation des sacs en polyéthylène, des intrants et objets en polystyrène expansé à usage alimentaire unique (plateaux, barquettes, bouteilles, sachets, gobelets et assiettes) est hors la loi.

Le plastique biodégradable est aussi résistant qu’un plastique traditionnel et utilise les mêmes machines de production, sans modification. Il peut être utilisé sans problème [entre autres] dans la vente de liquides en sachet. La période de dégradation peut être prédéterminée lors de la fabrication, pour une période allant de 6 mois à 5 ans. Notons qu’il existe également des solutions écologiques alternatives, pour la production de contenants écologique en remplacement du styrofoam.

Plusieurs pays d’Afrique (et pays riches) ont voté des lois similaires et modifié leurs productions avec succès. Il n’y a aucune raison pour qu’Haïti ne puisse prendre la voie de l’écologie et que l’industrie et la population s’adaptent aux nouveaux produits écologiques. Il serait souhaitable qu’au-delà des décrets, le gouvernement envoie des notes d’informations aux industries haïtiennes concernées et communique plus largement auprès de la population, dont l’éducation limitée, ne voit que l’interdiction et aucune solution alternative…

Arrêté présidentiel en date du 9 août 2012 :

1. Il est formellement interdit de fabriquer, d’importer, de commercialiser et d’utiliser, de quelque manière que ce soit, les sachets en polyéthylène noir;

2. Il est formellement interdit de fabriquer, d’importer, de commercialiser et d’utiliser, sous quelque format que ce soit, les objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou styrofoam) à usage alimentaire unique, tels que plateaux, barquettes, bouteilles, gobelets et assiettes.

Cet arrêté entrera en vigueur le 1er octobre prochain. Tout arrivage de colis contenant des plastiques prohibés sera confisqué par les autorités douanières et les propriétaires sanctionnés conformément aux dispositions du Code douanier.

Hansy Mars

Comments

comments

scroll to top