Accueil » Economie » Doing Business 2018 : Haïti mauvais élève

Doing Business 2018 : Haïti mauvais élève

07 novembre 2017, 9:19 catégorie: Economie3 958 vue(s) A+ / A-

Le tout dernier rapport Doing Business 2018 vient d’être publié par le groupe de la Banque mondiale. Sur les 190 pays concernés par ce rapport, Haïti arrive en 181e position. Une position qui confirme que les onze indicateurs retenus pour ce classement n’ont pas connu de progrès.

Pour l’année 2017, Haïti était classé au même rang. Avec le même nombre de pays. Haïti a une moyenne de 38,24 alors que Porto Rico obtient 68,85 et occupe la 64e place de ce classement 2018, tandis que la République dominicaine se pointe à la 99e place pour une moyenne de 60,93. Ce rapport confirme les avancées des pays de l’Amérique latine qui sont en pôle position. Le Pérou 58e et la Colombie 59e, tandis que le Costa Rica est en 61e. Il est dit dans ce rapport qu’au cours des quinze dernières années, près de 400 réformes dans l’environnement des affaires ont été entreprises dans l’ensemble des pays présents sur la liste. Ces réformes visaient, entre autres, à améliorer l’environnement des affaires au profit des investisseurs et des entrepreneurs. Pour cette année, le rapport est baptisé : « Doing Business 2018 : réformer pour créer des emplois. »

Le projet Doing Business comprend en outre des rapports infranationaux qui couvrent en détail les réglementations et les réformes de l’environnement des affaires dans différentes villes et régions d’un même pays. Ces rapports fournissent des données sur la facilité de faire des affaires, classent chaque subdivision nationale et préconisent des changements dans chacun des domaines servant d’indicateur. Chaque ville étudiée peut ainsi se comparer aux autres villes de la région ou du pays concerné, ou plus largement aux 190 économies figurant dans le classement mondial de Doing Business.

La création d’entreprises, l’obtention d’un permis de construire, l’électricité, le commerce transfrontalier, le paiement des taxes et impôts sont, entre autres, les 11 indicateurs pour la rédaction de ce rapport. Il est rapporté, selon le Doing Business 2018, qu’Haïti a connu des avancées appréciables dans des piliers surtout en ce qui concerne les limites et les péripéties pour la création d’une entreprise et la réduction de l’obtention des permis. Dans cette nouvelle édition de Doing Business, seuls ces pays ont fait pire qu’Haïti, à savoir : la République démocratique du Congo, l’Afghanistan, la République centrafricaine, la Lybie, le Yémen, le Soudan du Sud, la République bolivarienne du Venezuela, l’Érythrée et la Somalie. La moyenne de la région Amérique latine et Caraïbes est de 58,66.

Dans le classement général Doing Business 2018, les économies du « top 20 » ont plusieurs caractéristiques en commun. Dix-huit d’entre elles sont des économies à revenu élevé, dont treize sont des pays de l’OCDE : quatre sont situés en Europe et Asie centrale, et trois en Asie de l’Est et Pacifique. La Nouvelle-Zélande, Singapour et le Danemark continuent d’occuper les trois premières places du classement 2018 relatif à la facilité de faire des affaires, devant la République de Corée, la RAS de Hong Kong en Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège, la Géorgie et la Suède.

« Le fait de classer les pays et de les comparer entre eux encourage l’adoption de bonnes politiques, mais génère aussi un phénomène spontané de compétition, comme un effet “Coupe du monde” ou “Jeux olympiques” », estime Rita Ramalho, directrice par intérim du Groupe des indicateurs mondiaux. Cette année marque le 15e anniversaire du rapport Doing Business.

Hansy Mars

Comments

comments

scroll to top