Accueil » Société » Des doctorants décortiquent le champ urbain de Port-au-Prince

Des doctorants décortiquent le champ urbain de Port-au-Prince

20 juin 2016, 9:50 catégorie: Société5 104 vue(s) A+ / A-

La ville de Port-au-Prince décortiquée par les doctorants de Paris 8.

 

Le « Centre de conservation des biens culturels » de l’université Quisqueya  a accueilli, le lundi 20 juin, la cérémonie d’ouverture officielle du séminaire PRCU (Programme de recherche dans le champ de l’urbain), coordonné par l’Université Paris 8 et financé par la délégation de l’Union européenne en Haïti. Cette activité scientifique se poursuit jusqu’au mercredi 22 juin à l’UniQ.

Cet évènement majeur dont le thème est « Port-au-Prince : entre vulnérabilités et croissances urbaines, construction d’une mégapole caribéenne », se veut une réflexion scientifique poussée sur le problème urbain de la capitale haïtienne, mais aussi une restitution de différents travaux de recherches dirigés par des universitaires et doctorants, grâce au partenariat de l’École fédérale polytechnique de Lausanne en Suisse, de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et de l'Université Quisqueya.

À l’heure du boom démographique, de la bidonvilisation, de la dégradation environnementale et des migrations internes, une palette de chercheurs ont sensibilisé l’auditoire à la morphologie de Port-au-Prince, « cette ville macrocéphale caractérisée par une urbanisation galopante et non contrôlée et où se concentrent plus d’un tiers de la population haïtienne », a indiqué Abigaïl-Laure Kern, directrice adjointe du CRAPU (Centre de recherche et d’appui aux politiques urbaines) et membre du RESCIF (Réseau d’excellence des sciences de l’ingénieur de la francophonie).

L’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert, insiste dans son allocution sur la pertinence du PRCU qui privilégie la question de l’urbanité. « Encourager et pousser les réflexions sur les problèmes de la société, appuyer la formation professionnelle et investir dans la production des connaissances scientifiques » : tel est là le leitmotiv de l’Union européenne qui dit inscrire ses actions entreprises dans le passé dans une logique de continuité.

Au menu du séminaire PRCU : conférences-débat, ateliers de travail, visite de terrain, exercice d’enquête et de cartographie.

Bezunesh Tamru, coordonnatrice du PRCU et honorée de la présence du recteur de l’UniQ, revient sur le contexte de la mise en place du programme, établit pour l’auditoire les grands axes des interventions des panélistes et signale la pertinence du projet, levant ainsi le voile sur l’équipe de travail qui compte 14 chercheurs, 9 doctorants (sept Haïtiens et deux Français et Suisse) et 12 étudiants du master délocalisé de géographie Paris 8/ENS-UEH, programme mis en place en 2012 pour rendre hommage au feu Georges Anglade, géographe de pointe.

  « L’action de recherche intitulée  “’Port-au-Prince : entre vulnérabilités et croissances urbaines, constructions d’une métropole caribéenne”’ a été officiellement signée le 7 décembre 2014 entre l’Union européenne et l’Université Paris 8 (LADYSS), université coordinatrice. Cette réflexion nourrie par des rapports méthodologiques que soumettront les doctorants veut apporter un éclairage renouvelé aux acteurs concernés sur la question du développement urbain. Les notions de résilience, de citadinité et de représentations sociales nous semblent des pistes importantes à prendre en compte pour un développement partagé de la ville », a-t-elle indiqué tout en précisant que « la formation par la recherche constitue un objectif fort du programme pour le développement d’un vivier d’experts dans les études urbaines haïtiennes ».

« Ce qui assurera, dixit le professeur Jean Fritzner Étienne, membre de la direction de l’ENS, la relève scientifique d’une génération de chercheurs compétents et impliqués dans la dynamique de la reconstruction de la ville de Port-au-Prince ».

Rosny Ladouceur

Comments

comments

scroll to top