Accueil » Sport » Distinction : Un autre Haïtien va faire son entrée au Hall of Fame

Distinction : Un autre Haïtien va faire son entrée au Hall of Fame

09 juillet 2018, 7:04 catégorie: Sport14 434 vue(s) A+ / A-

Ronald Agénor

 

Et de 3 pour Haïti qui aura un nouvel immortel au Temple de la renommée (Hall of Fame) après le colonel Jacques Joachim en volley, Philippe Vorbe en football, cette fois-ci ce sera en tennis avec l’intronisation du meilleur tennisman haïtien de tous les temps, Ronald Agénor.

Jacques Joachim a rejoint le Hall of Fame du volley-ball de la NORCECA en novembre 2017 et Philippe Vorbe a fait son entrée au Hall of Fame de la CONCACAF il y a tout juste 1 mois, Ronald Agénor, l’ex-numéro 22 mondial au classement ATP, sera le 3e Haïtien à être intronisé ; mais, au panthéon des tennismen noirs.

Faire une entrée dans un Hall of Fame n’est pas une mince affaire puisque cela représente un honneur à un individu ayant réalisé des performances majeures dans un domaine quelconque. C’est cet honneur que celui qui a joué la finale du tournoi de Bâle (Suisse) en 1987 contre le Français, Yannick Noah, pour ce qui est la première finale de l’histoire opposant deux joueurs noirs, aura droit le 16 juillet prochain à l’Université George Washington.

Né en 1964 à Rabat au Maroc, son père était un ancien diplomate et ancien ministre de l’Agriculture, Ronald Agénor a marqué les années 80 et 90 de son empreinte avec trois tournois gagnés au cours de cette période (tournoi d’Athènes en 1989, IP Cup à Gênes en Italie et le tournoi de Berlin en 1990) et, a également disputé un quart de finale mémorable à Roland Garros contre Michael Chang, futur vainqueur de cette compétition la même année, en 1989. Il a remporté la médaille d’or aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes organisés à La Havane (Cuba) en 1982 et a participé en 1984 aux Jeux olympiques de Los Angeles.

Âgé de 53 ans aujourd’hui, l’ex-joueur haïtien gère un centre d’entraînement de tennis de haut niveau en Californie (USA), qu’il voulait d’ailleurs créer en Haïti selon ses dires dans une interview accordée en 2014 au site welovetennis. Le projet avait capoté par faute d’accompagnement de l’État haïtien.

C’est cet homme qui sera honoré pour sa carrière longue d’environ une vingtaine d’années, soit de 1983 à 2002.

Gary Eliézer/haititempo

Comments

comments

scroll to top