Accueil » Economie » Deux millions de gourdes décaissées : pas un sou pour les agriculteurs

Deux millions de gourdes décaissées : pas un sou pour les agriculteurs

09 janvier 2018, 9:44 catégorie: Economie3 297 vue(s) A+ / A-

Le titulaire de la DDA-A, Renaud Géné,

supervise la pompe de 16 pouces installée sur la prise du canal d’irrigation

devant desservir provisoirement les habitants de Pont Tamarin durant la campagne d’hiver.

/Photo : Therno N. A. Sénélus.

 

Alors qu’ils sont en pleine préparation de la campagne agricole d’hiver 2017, les agriculteurs de l’Artibonite n’ont pas reçu même un centime durant les fêtes de fin d’année. Pourtant, deux millions de gourdes ont été décaissées au nom des producteurs agricoles de l’Artibonite…

Une source du journal Le National a confié que le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Carmel André Béliard a accordé, durant les fêtes de fin d’année, deux millions de gourdes à l’ex-sénateur de l’Artibonite, Jean Willy Jean Baptiste, au nom du secteur agricole. Pourtant, la Direction départementale agricole de l’Artibonite (DDA-A) n’a pas reçu un centime de cette somme à distribuer aux planteurs.

Très amers, les paysans interrogés à cet effet le samedi 6 janvier 2018 appellent l’administration Moïse/ Lafontant à se responsabiliser face à cette situation qui prévaut dans la gestion des fonds destinés à la Caravane du changement dans l’Artibonite.

Vue partielle de l’un des bâtiments construits pour loger la DDA-A

qui peine à être rouvert. /Photo : Therno N. A. Sénélus.

 

Qu’en est-il des actions de la DDA-A ?

Interrogé autour des actions entreprises par la DDA-A depuis son arrivée à la tête de l’institution pour améliorer les conditions de travail et de vie des producteurs agricoles dans l’Artibonite, le directeur départemental, l’ingénieur-agronome Renaud Géné, a fait le point : « du 1e janvier 2017 au 6 janvier 2018, le ministère n’a pas encore décaissé l’argent pour le compte des activités agricoles dans le département ». Toutefois, il affirme avoir reçu seulement pour la campagne agricole d’hiver 2017, 9 tonnes de pois Pinto et 10 tonnes de pois noir aux planteurs.

Pour l’heure, des travaux sont en passe d’être finalisés dans le département, a indiqué l’agronome Géné, précisant que sans l’appui du MARNDR la prise (point d’ancrage du canal d’irrigation), écrabouillée depuis l’année 2008, qui se situe en amont dans la quatrième section communale Poteau (Mapou) alimentant les trois périmètres Figola, Marie-Jeanne et Dolan. Ces derniers ont été irrigués par six pompes. Elles sont en panne depuis 5 ans. En conséquence, près de 500 ha n’ont pas pu être aspergés depuis cette période. « Les travaux de réhabilitation et/ou de construction de la prise qui va arroser les quelque 500 ha de la périphérie de la première section communale Pont- Tamarin, commune des Gonaïves, sont réalisés grâce à la volonté de la DDA-A et du président de la République, Jovenel Moïse », a-t-il affirmé.

Avec la volonté de la DDA-A de ne pas rater la campagne agricole d’hiver, les responsables se sont engagés dans les travaux d’aménagement à crédit et, à en croire M. Géné. Les travaux marchent à pas de tortue faute de moyens financiers. Suite à une visite du président Jovenel Moïse sur la prise, il accorde une pompe de 16 pouces pouvant irriguer provisoirement les 500 ha des planteurs de Pont-Tamarin. Ce qui permettra aux planteurs de la basse plaine des Gonaïves de ne pas rater la campagne agricole d’hiver, a ajouté l’agronome Renaud. Et, sur demande du Président de la République, les 500 ha vont être labourés gratuitement, a confié Renaud Géné.

Quoique de ce traitement pauvre de la DDA-A par le MARNDR, Renaud Géné veut bosser dur dans ses actions. Le constat est patent. Une visite dans l’espace logeant la DDA-A, abandonné depuis 2008 est actuellement rénové. Plusieurs bâtiments sont construits, d’autres réparés pour abriter tous les services que contient la DDA-A. Tout cela est réalisé avec l’appui de certains partenaires tels FAO, Amurt, Giradel…, hormis le MARNDR, a-t-il dit. Et, depuis 2008, la DDA-A est logée dans une maison privée qui n’est pas payée durant les cinq dernières années. Alors que le local de la DDA-A réhabilité peine à être rouvert pour de simples travaux de finition. Les responsables du ministère de l’Agriculture restent à cet effet dans leur laxisme.

Si jadis, dans la première section communale Pont Tamarin les principales cultures étaient oignon, haricot, échalote, aubergine, calalou, petit-mil…, avec la mise en opération de la prise du canal d’irrigation, un air d’espoir souffle dans la zone, selon les propos de Remy Beauplan, un agriculteur du milieu ambiant. Il s’est enthousiasmé du fait que le directeur départemental agricole est quotidiennement sur le terrain aux côtés des agriculteurs pour identifier leurs problèmes et leurs besoins. La compréhension de Rodrigue Lafrance, 2e opérateur pour la pompe est similaire à celle de Rémy Beauplan. Il a affirmé qu’avec ces travaux, on va recouvrer la vie dans la zone. Les exploitants agricoles du département appellent l’administration Moïse/Lafontant à mettre des moyens techniques et financiers à la disposition de la DDA-A pour pouvoir mener à bien les travaux agricoles.

Therno N. A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top