Accueil » Actualité » Des assises sur l'utilisation du numérique dans l'enseignement

Des assises sur l'utilisation du numérique dans l'enseignement

09 décembre 2015, 12:08 catégorie: Actualité580 vue(s) A+ / A-

NUmérique - Ruben Chery (5)

Des assises sur l’utilisation du numérique dans l’enseignement en Haïti./ Photo : Ruben Chéry

 

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), en collaboration avec l’ambassade de France et le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), a lancé les Assises nationales sur la place du numérique dans la formation des enseignants. Cette réunion de travail doit durera deux jours et se  tiendra les 8 et 9 décembre 2015, à l’hôtel Marriott (Turgeau, Port-au-Prince).

 

Repenser le métier d’enseignant, informer sur les expériences de l’utilisation du numérique  en cours en Haïti, sont les principaux objectifs poursuivis par les organisateurs via la tenue de ces Assises de deux jours. Près de 150 mille enseignants devront être touchés  par cette action (campagne). Il importe de leur donner une formation nécessaire pour leur certification et l’obtention de leur permis d’enseigner au bout  de deux ans, à l’expiration de leur permis provisoire d’enseigner (PPE). Ces documents sont  en cours de livraison dans les différents  départements scolaires.

 

« La modernisation pédagogique constitue l’un des volets indispensables à l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le pays », a fait savoir le titulaire du MENFP, Nesmy Manigat. « Il est clair que les méthodes, approches traditionnelles ne conviennent plus. Il s’agit d’un défi qui n’est ni d’ordre quantitatif ni uniquement d’ordre qualitatif. Ce qui importe est qu’il faut changer de paradigme. Qu’il soit le modèle économique, par rapport à la philosophie, la politique de formation des enseignants », a-t-il  fait remarquer, insistant sur le fait que ces initiatives, telles tablettes, laboratoires informatiques ont été prises de manière isolée.

 

Toutefois, Nesmy Manigat  a fait savoir que ces assises sont  aujourd’hui l’occasion de converger toutes ces initiatives et de les intégrer dans des dispositifs cohérents. « Ce qui contribuera à l’amélioration effective de l’apprentissage. Ainsi, la réalisation de ces assises s’inscrit dans le cadre d’un effort à visée systémique, holistique, innovante incluant les niveaux, du préscolaire au secondaire en passant par les trois cycles du fondamental », soutient le ministre. Dans cette lignée, le Ministère, informe M. Manigat, s’engage à requalifier les enseignants ne disposant pas de certification grâce à la formation continue. Ceux qui auront suivi six cents (600) heures de formation se verront octroyer un permis d’enseigner définitif.

 

Toujours selon le titulaire du MENFP, ces assises participent de la mise en œuvre des dispositions de la déclaration conjointe des deux chefs d’État haïtien et français, Michel Martelly et François Hollande sur la coopération en matière d’enseignement, de formation professionnelle et de recherche. Elle a été  paraphée le 12 mai 2015 (lors de sa visite en Haïti). Il importe actuellement d’intégrer le programme du numérique dans la formation des enseignants. Aussi, le responsable de la politique de l’éducation du pouvoir Martelly a tenu à préciser que toute cette démarche participe des douze mesures adoptées en septembre 2014, instituant le permis provisoire d’enseigner.

 

Ces assises s’inscrivent également en droite ligne de la réforme éducative en cours. Elles  correspondent aux douze mesures fondamentales pour l’amélioration de la gouvernance et la qualité de l’éducation, a indiqué le titulaire du MENFP, Nesmy Manigat. Il a tenu à souligner l’importance de la formation des maîtres en ce qui a trait à l’utilisation du numérique. Celui-ci devra contribuer au renouvellement des pratiques pédagogiques  et à l’amélioration des méthodes (et moyens) d’apprentissage.

 

La France soutient cette initiative

 

Dans la même veine, l’ambassadeur français en Haïti, Élisabeth Béton Délègue a fait savoir que le gouvernement de son pays s’engage à contribuer à la modernisation du système éducatif haïtien. En témoigne la tenue de ces assises qui illustrent le partenariat privilégié que nos deux pays sont en train d’établir dans le domaine de l’éducation. Ainsi, ce soutien, affirme-t-elle, se réalise sur les expériences en matière de formation avec les Technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE). Ce paquet contient également les opportunités offertes par ces outils afin de parvenir à la requalification du corps enseignant haïtien.

 

Saluant la réalisation de ces assises,  la diplomate dit croire que la réforme est possible en Haïti en dépit de l’existence des freins d’ordre institutionnel auxquels le pays fait face. Pour elle, la France s’apprête à partager toutes ses expériences acquises (actuelles, passées) de façon à mettre Haïti au diapason. C’est dans cette optique que le numérique demeure un outil, un véhicule qui servira à démultiplier les efforts tenant compte de l’ampleur des enjeux, le nombre d’enseignants à former et d’élèves à éduquer.

 

Au terme de ces assises, une feuille de route sera élaborée à l’intention des formateurs « e-compétents ». Ces derniers devront non seulement être capables de s’adapter à un environnement de travail numérique, mais également de l’utiliser  avec leurs élèves suivant une démarche de partage des connaissances et de mise en réseau.

 

Reynold Aris

 

Comments

comments

scroll to top