Accueil » Tribune Parlementaire » Le député Sinal promet une nouvelle forme d’opposition

Le député Sinal promet une nouvelle forme d’opposition

20 avril 2017, 9:15 catégorie: Tribune Parlementaire8 743 vue(s) A+ / A-

Le député Sinal Bertrand.

 

Médecin, spécialiste en santé communautaire, l’élu de Port-Salut est un jeune député de 41 ans. Président de la commission santé à la Chambre des députés depuis six ans, l’honorable Bertrand Sinal est intervenu à l’émission Tribune parlementaire, le samedi 8 avril 2017.

Une semaine avant les Pâques, l’émission Tribune parlementaire de la radio Pacific a reçu le président de la Commission Santé, le député Bertrand Sinal. Pétri d’expériences, l’élu à qui la confiance des habitants de Port-Salut se traduit déjà en deux mandats, a évoqué, pendant son passage, la situation de sa commune, son engagement dans l’opposition, son bloc au parlement et la commission qu’il préside.

Tel un bon prologue, les premiers mots de l’invité de Tribune parlementaire sont consacrés à la présentation de sa commune. De cette présentation nous retenons que Port-Salut est centenaire; administrativement, il est divisé en quatre (4) sections communales pour une population de 40 000 habitants et une superficie de 90.7 Km2. La population vit de la culture de vétiver. Ravagé par l’ouragan Mathieu, Port-Salut accuse une baisse du tourisme qui est son trait caractéristique.

À la tête de la commission santé depuis six ans, le député Bertrand Sinal nous apprend que cette commission comprend douze membres et est essentiellement une commission de travail dont les résultats sont palpables. À ce titre, il précise que la commission santé a un fait un travail remarquable en ce qui concerne la loi sur la Croix- Rouge et le Croissant-Rouge ; la loi sur l’alimentation qui prescrit la quantité de fer que doit contenir un produit alimentaire. Selon ses dires, la commission travaille actuellement sur la loi relative à la planification familiale. En substance, cette loi porte sur l’accessibilité des produits contraceptifs. Ladite commission travaille également sur une loi relative à la santé scolaire. Celleci aura à instituer une fiche de santé en milieu scolaire qui contiendra les pathologies des apprenants afin de pouvoir mieux les prendre en charge. Le président de la Commission Santé se réjouit du rôle de facilitateur joué par sa commission dans le dossier des étudiants en sciences infirmières soldé par des résultats académiques catastrophiques et des grèves.

Après avoir observé une pause sous la présidence de Monsieur Privert quant à son positionnement dans l’opposition, celui qui fut directeur médical de l’hôpital de Port-Salut dit s’engager dans une nouvelle forme d’opposition qui consiste maintenant à écrire et à participer à des émissions en vue d’éclairer la lanterne de la population. L’opposition exige du courage, dit-il. Cependant, être proche du gouvernement ne garantit pas la réélection d’un parlementaire. Seule la proximité avec la population est salutaire. Le député étant un privilégié doit être un accompagnateur et un serviteur.

Concernant son choix de se conforter dans l’opposition, le membre du bloc GPEP, qui compte actuellement 11 ou 12 membres du fait que le bloc n’a pas pu combler toutes les attentes, avoue que la ratification du Dr Lafontant renforce sa conviction dans l’opposition. Selon lui, il n’y a pas eu de bon sens dans ce choix. Déjà, plusieurs de ceux qui ont voté en faveur du Premier ministre regrettent leur choix. Son plus grand regret est de n’avoir pas pu bloquer la séance, affirme -t-il.

S’il est connu comme l’une des plus illustres figures de l’opposition à la Chambre des députés, l’élu de Fanmi Lavalas salue les deux arrêtés de l’administration Moïse-Lafontant relatifs aux subventions et à la rationalisation des dépenses publiques. Il se dit du côté du gouvernement en ce sens. Toutefois, il nuance pour rappeler qu’il faut être vigilant quant à l’application de ces deux arrêtés.

Sans transition, le mandataire de Port-Salut touche le dossier Ucref qui, dans un passé récent, a fait couler beaucoup d’encre. À ce sujet, il fait mention des fonctions du parlementaire qui sont législatives, de contrôle, de représentation. Dans le cadre de son devoir de contrôle, il a adressé, avec le concours de plusieurs collègues députés, une correspondance au président du bureau de la Chambre des députés, monsieur Cholzer Chancy, pour lui demander de procéder à la mise sur pied d’une commission spéciale devant faire le jour sur ce dossier. Il a renchéri pour souligner qu’une autre correspondance dont l’objet est la feuille de cadrage et le dossier de chaque ministre du nouveau gouvernement qui n’ont pas su respecter cette formalité. Il a précisé être en bon terme avec le bureau de la Chambre basse. Cependant, il met le président Cholzer en garde sur l’éventualité de la détérioration de cette harmonie au cas où le député Cholzer s’érigerait e

n défenseur de l’exécutif, ce qui pourrait nuire à son travail de contrôle.

Réginald Calixte

Comments

comments

scroll to top