Accueil » Tribune Parlementaire » Le député Alfredo Antoine compte défendre la cause des agriculteurs

Le député Alfredo Antoine compte défendre la cause des agriculteurs

27 juillet 2017, 9:25 catégorie: Tribune Parlementaire82 403 vue(s) A+ / A-

Le député de Kenscoff, Alfredo Antoine.

 

Un mois après l’adoption par la Chambre des députés de la résolution créant le Front des parlementaires contre la faim en Haïti, le 27 juin 2017, le député Alfredo Antoine compte engager une nouvelle lutte pour revitaliser le secteur agricole, à partir du Bureau de crédits agricoles.

À l’instigation de plusieurs parlementaires, le 27 juin 2017, la Chambre des députés avait adopté une résolution créant le Front des parlementaires contre la faim en Haïti. Cette structure, déjà présente au sein de dix-sept Parlements de l’Amérique latine supportée par la FAO, est placée sous la tutelle de la commission de l’agriculture de la hambre basse. Elle se donne pour objectif de faciliter l’élaboration et le cheminement des textes de lois visant à réduire la faim, à favoriser les plaidoyers pour l’implémentation de politiques publiques contribuant à l’augmentation de la productivité, à une nutrition saine, de qualité et en quantité.

 Lue par le député Alfredo Antoine, cette résolution renferme quatre visas et huit considérants… Succincte elle ne comporte que deux articles, la première instituant l’organe : « Art.1 Déclarons la nécessité de créer et de fait créons, le Front parlementaire contre la faim en Haïti (FPFH). »

Tandis que le second place la mission de celui-ci : « Proposons que le Front parlementaire contre la faim en Haïti en tant que structure pérenne et neutre du parlement haïtien soit chargé de discuter de toutes les questions relatives à la jouissance et à la protection du droit à une alimentation adéquate et saine de la population, à la lutte contre la faim et la malnutrition. »

 En vue de renforcer la coopération en ce domaine, une délégation emmenée par le député Alfredo Antoine s’est rendue à la Barbade du 20 au 22 juillet afin de participer à un symposium. Ce dernier facilitait la mise en commun des valeurs, des avancées et des perspectives dans le domaine de la lutte contre la faim dans l’Amérique latine et les Caraïbes. Haïti, le seul pays francophone de la région possédant un pareil organe au sein de son Parlement, d’après le parlementaire.

Dans cette perspective, quelques jours après le dépôt du budget 2017- 2018 par le ministre de l’Économie et des Finances, le député Alfredo Antoine, ainsi qu’un groupe de parlementaires comptent à partir de cet instrument contrer la faim sévissant en Haïti. Pour l’élu de Kenscoff, la majorité des parlementaires provient des milieux ruraux, où le quotidien de leur population se résume à la culture de la terre. Donc, le devoir de défendre ce secteur leur incombe.

En ces sens, il entend désaffecter 1 milliard de gourdes à la rubrique haute intervention publique, pour les affecter au fonctionnement du Bureau de crédits agricoles (BCA), institutions ayant pour objectif de faciliter l’accès au crédit aux travailleurs agricoles. Cette mesure permettra, selon le député de Kenscoff de renforcer le secteur de la paysannerie, car faute de moyens économiques de nombreux agriculteurs n’arrivent plus à cultiver leurs terres. L’accès au crédit étant difficile dans les banques commerciales pour cette catégorie sociale.

Aussi supporte-t-il, la réalisation de la caravane lancée par le président de la République qui d’après lui s’inscrit dans la droite ligne de ces priorités. Elle contribuera à augmenter la production agricole l’irrigation des terres cultivables et la construction de routes agricoles. Contrairement à ce que prévoyait le Premier ministre, Jack Guy Lafontant, dans sa déclaration de politique générale, le député Alfredo Antoine croit que le renforcement du Bureau de crédits agricoles pourra se réaliser plus facilement que la création de banques de crédit dans ce secteur. Du fait que ces organismes existent déjà au niveau du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural.

À rappeler que selon le rapport du Conseil national de la sécurité alimentaire (CNSA), au lendemain du passage du cyclone Matthew  plusieurs millions d'haitiens vivent dans une situation d’insécurité alimentaire. Bien que l’état d’urgence ait récemment été décrété par le président de la République, sous la demande de l’assemblée des sénateurs, le revirement de cette situation semble ne pas pour l’immédiat.

 Si ces points le tiennent à coeur, le président de la commission planification et de la coopération externe compte également se battre, à Kenscoff, pour la construction d’un lycée, déjà insérée dans le budget, et la réalisation d’un marché public communal et d’un centre sportif, non encore introduit dans la loi de finances. Projets qui participent selon lui, au travail déjà entrepris aux côtés des pays par la distribution d’outils agricoles, de semences entre autres.

Stanley Augustin

Comments

comments

scroll to top