Accueil » Société » La Créo’la 2017 : vers la mise en place d’un centre d’apprentissage de création de produits artisanaux à Maïs Gâté

La Créo’la 2017 : vers la mise en place d’un centre d’apprentissage de création de produits artisanaux à Maïs Gâté

11 janvier 2018, 10:30 catégorie: Société6 796 vue(s) A+ / A-

À gauche, la Créo’la 2017, Kendaly Phèle,

accompagnée de Dachca Louis, présentatrice à la télévision Pacific.

Crédit/Photo : Clark Photography.

 

Dans un proche avenir, les jeunes de 15 à 22 ans de Maïs Gâté, un quartier de la commune de Delmas, vont pouvoir apprendre à manufacturer des produits artisanaux. Ce projet de la première ambassadrice de la femme créole, la Créo’la 2017, kendaly Phèle, est en passe d’être réalisé. Pour inscrire dans le réel son dessein, la direction de Techno Group et les membres du comité organisateur du concours Créo’la ont offert à la lauréate une contribution financière lors d’une rencontre organisée au local de la télévision Pacific le jeudi 11 janvier 2018.

Dans les studios de la télévision Pacific, la créo’la 2017, Kendaly Phèle, étudiante à la faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti, a expliqué aux téléspectateurs de la chaine 54 et au public en général, les grandes lignes de son projet visant l’épanouissement des jeunes de Maïs Gâté. Interviewée par la présentatrice Dachca Louis et l’une des chevilles ouvrières du concours, Kendaly Phèle a soutenu que son projet qui a retenu l’attention des membres du jury lors de la finale à l’hôtel Royal Oasis le 1e octobre dernier vise à encadrer les jeunes de sa communauté.

« Ce projet consiste en la mise en place d’un centre d’apprentissage au profit des jeunes de Maïs Gâté », a-t-elle fait savoir. « J’ai voulu offrir un encadrement aux jeunes de ma communauté qui font face à un quotidien difficile et qui rêvent surtout de s’expatrier. Devant cet état de fait, je ne voulais pas rester indifférente. Le concours Créo’la m’a offert l’heureuse opportunité de montrer mes talents, mais encore d’exprimer mes préoccupations quant à l’avenir des jeunes de ma communauté et à celui de la jeunesse haïtienne en général. Ce centre permettra aux jeunes d’apprendre à confectionner des bijoux, sacs à main et à créer des oeuvres d’art à partir d’objets recyclés.

Plus loin, elle a indiqué que pour faire partie du centre « le participant doit avoir entre quinze et vingt-deux ans, la capacité de lire et d’écrire. Une équipe qualifiée sera mise en place pour former les apprenants en artisanat et entrepreneuriat pour qu’un jour, ils arrivent à monter leurs propres entreprises. Je crois en la jeunesse de mon pays qui a besoin d’encadrement pour s’extérioriser et s’éveiller. Ce centre ne sera pas seulement le lieu de fabrication d’articles et d’accessoires de mode, mais un espace de formation, de partage et de convivialité. Pour le moment, mon équipe et moi sommes en train de motiver les jeunes dans les écoles et églises afin qu’ils soient bien imbus du projet et de son importance dans leur vie. »

Réagissant à la question sur la possibilité de collaboration avec d’éventuels contributeurs et de philanthropes dans la réalisation du centre de formation, Kendaly Phèle a déclaré que « son équipe justement est à la recherche de financements pour compléter l’enveloppe offerte par Techno Groupe et le comité organisateur. Il est aussi à la recherche de soutien, de collaboration pour que le centre soit pérenne. Ce projet qui passe d’abord par la formation vise tout d’abord l’être humain qui est appelé à poser des actions concrètes pour changer la vie de ses prochains » a-t-elle conclu.

Schultz Laurent Junior

 

Comments

comments

scroll to top