Accueil » Economie » Copo coffee, pour une consommation naturelle du café

Copo coffee, pour une consommation naturelle du café

10 octobre 2017, 8:20 catégorie: Economie8 533 vue(s) A+ / A-

Vue des produits de Copo Coffee. /Photo : sMarty Senat.

 

 

En dépit de la rouille orangée et le scolyte qui ravagent de plein fouet, ces dernières années, la production caféière à travers le pays, des jeunes voulant booster la production locale ne tardent pas à investir dans ce secteur. Les petites et moyennes entreprises (PME), on les retrouve, fort souvent, dans les zones rurales, c’est le cas de Copo Coffee, une jeune entreprise agricole, basée dans le Sud-Est à Jacmel, qui valorise le café haïtien. Produit typiquement bio. Une entrevue avec le PDG de cette entreprise, Stéphane Prophète, permet aux lecteurs du journal Le National de savoir ce qu’est en clair Copo Coffee…

 

 Le National : Faites une présentation détaillée de l’entreprise COPO Coffee…

Stéphane Prophète : COPO par définition « Café odorant purement organique » est une jeune entreprise de production de café constituée de jeunes entrepreneurs ayant comme leader Stéphane Prophète. L’entreprise est jeune et n’est constituée que de jeunes. Lancée depuis l’année 2014, aujourd’hui nous collaborons avec les planteurs du Sud-Est et notre usine de transformation se trouve à Kenscoff sur la route de Viard au numéro 1. Notre vision étant d’avoir l’une des plus grandes chaines de production de café à travers le monde, de partout mettre en valeur le café haïtien. COPO a déjà représenté Haïti à l’échelle internationale au Seattle Startup Week, on a participé au Carribean Tech Entrepreneurship Programme qui regroupait plusieurs pays de la Caraïbe et récemment on était sélectionné pour représenter Haïti à Puerto Rico, mais vu les contraintes climatiques, on a dû reporter sine die cet événement. En août de cette année, on a été la seule entreprise haïtienne à représenter le pays sur le bateau de Logos Hope qui a réunit 400 volontaires de plus de 60 nations différentes. 60 pays différents ont fait connaissance et ont apprécié notre richesse qui est le café haïtien au nom de COPO Coffee. Elle est aussi une entreprise qui participe aux mouvements sociaux de son pays tout en sponsorisant des activités sociales ou en collaborant avec des entités sociales.

L.N. : En quoi consistent ses activités ?

P. : Les activités de COPO consistent en la production, la promotion et la valorisation du café haïtien. Nous contribuons à la réduction du chômage en Haïti bien qu’elle soit peu et nous oeuvrons timidement dans le social jusqu’à présent.

L.N. : Quels sont les produits offerts ?

P. : Les produits offerts dans COPO sont le café en poudre, en grain et en liquide. Nous vendons aussi nos maillots qui sont autant attirants que nos emballages pour ceux qui veulent supporter l’entreprise afin qu’elle grandisse et résiste.

l.N. : Où est-ce que vous écoulez les produits de Copo Coffee ?

P. : Les produits de COPO sont écoulés dans les foires ou autres activités qui nous permettent de les exposer. Nous sommes dans quelques institutions ou bureaux. Nous avons de jeunes vendeurs dans différentes zones qui sont toujours à la recherche de nouveaux clients particuliers. Durant la fin de l’année, nous serons au Cap- Haïtien et aussi à Jacmel pour les clients qui nous attendent. Et durant l’année 2018, nous serons dans plusieurs markets en Haïti. On nous contacte assez souvent sur les réseaux sociaux au nom de @copocoffee1 (FB, IG, Twitter) ou par mail (copocoffee1@gmail.com) pour des livraisons.

L.N. : Travaillez-vous avec les producteurs de café ? Si oui comment, si non expliquez-vous…

S.P. : Comme on l’avait mentionné au début de l’interview, nous collaborons avec les planteurs du Sud-Est, ils interviennent directement dans la plantation du café et nous assurons la transformation en produits finis. Au début, on travaillait avec des producteurs d’autres départements, mais on n’était pas satisfait, vu la qualité et autre faiblesse qu’on retrouvait dans leur produit. Du coup, on a changé de fournisseurs et on a commencé à travailler avec ceux du Sud-Est dont nous n’avons aucun reproche jusqu’à présent.

L.N. : Durant ces dernières années, il y a eu une carence de café sur le marché local, et cela est dû à des maladies qui ont de plein fouet ravagé les plantations, par exemple le scolyte, la rouille orangée, comment faire pour contourner les défis ?

S.P. : Effectivement, il y a une grande carence de café sur le marché local et cela n’est pas seulement dû aux maladies, mais aussi au manque d’investissement des instances concernées qui ne s’intéressent guère à la culture de cette denrée. Aujourd’hui, il y a une négligence totale. Et pour contourner ce défi, il faut la mise en place par les producteurs de café de stratégies afin que le produit soit planté et grandi dans de bonnes conditions. Il faut que nos cultivateurs soient mieux formés, qu’ils trouvent des supports techniques et aussi financiers, il faut que les terrains soient analysés par des experts, qu’on prenne en compte le climat des lieux, etc. Il faut que toutes les conditions soient réunies pour faire face à ce défi.

L.N. : Parlez-nous du rendement du café…

S.P. : Si on investit davantage dans le café, si on place de bonnes structures, il pourrait donner autant de rendement que dans les années antérieures lorsqu’on était placé au rang de premier exportateur mondial, et que notre denrée représentait 18 % des exportations nationales, un rendement assez élevé que les taxes prélevées sur le café ont contribué au paiement de la dette de l’indépendance ou au financement de la construction du parc industriel de Port-au-Prince (SONAPI) dans les années 70. Mais malgré le déclin total du café, le café reste un produit stratégique pour le pays sur le plan écologique, économique et social du pays, car il protège notre environnement montagneux en dégradations, continue tant bien que mal d’apporter des devises au pays et joue un rôle de stabilité sociale à travers la nombreuse main-d’oeuvre saisonnière qu’il engage.

Propos recueillis par :

Peterson Jean Gilles

Comments

comments

scroll to top