Accueil » Culture » Collège Marie Anne : présentation des travaux d’atelier sur des situations écologiques mondiales

Collège Marie Anne : présentation des travaux d’atelier sur des situations écologiques mondiales

14 mai 2018, 8:54 catégorie: Culture5 310 vue(s) A+ / A-

Des écolières du Collège Marie-Anne

 

Le Collège Marie Anne a organisé leur traditionnelle journée de réflexion en leur local à Christ Roi le samedi 12 mai 2018. Déroulée sur le thème : « D’hier à demain, situations écologiques mondiales », cette journée de réflexion didactique et enrichissante a permis aux élèves du fondamental et du nouveau secondaire de présenter des travaux de restitution sur l’environnement tout en formulant des propositions pertinentes pour l’avenir.  

La traditionnelle journée de réflexion sur des situations écologiques mondiales s’est déroulée dans une atmosphère empreinte de convivialité et de partage. Dans la cour de l’école, des travaux manuels réalisés notamment avec des papiers mâchés, des articles réalisés avec le crochet, et des objets recyclés et des peintures ont été exposés aux regards des visiteurs. Mais toute la signification et la portée ludique de cette journée de réflexion se sont déroulées dans les salles de classe. Chacun s’est approprié un sous-thème en rapport avec le thème « D’hier à demain, situations écologiques mondiales » retenu pour cette année.

Dans l’une des classes visitées par le journal Le National certaines filles de l’école ont présenté la théorie du Big-Bang, le processus de la création, la Voie lactée, bref l’univers dans son ensemble. Pour Louis Lineau enseignant et membre du comité culturel de l’école, « cette journée de réflexion est organisée pour permettre aux filles du Collège Marie Anne de mettre en application ce qu’elles ont appris dans les salles de classe. Le thème de cette année est né à partir d’un constat, l’environnement planétaire est vraiment menacé. Il était important pour nous autres éducateurs de motiver les élèves sur cet état de fait, sur la dégradation de l’environnement au niveau mondial. À travers ce thème, des élèves ont présenté des travaux à partir d’objets recyclés. Elles ont fait des montages qui représentent une station d’épuration d’eau, des villages, des lakous et des lieux sacrés. Il y a dans l’exposition de cette année une maquette qui représente la République d’Haïti et l’état lamentable de son environnement.

Une salle futuriste a été créée pour montrer comment seront organisés les espaces de loisirs, les voies de communication dans le futur. « On a voulu alerter le public scolaire sur la situation écologique et du coup, on veut que les élèves adoptent de bonnes attitudes face à la situation écologique où tous les indicateurs sont au rouge : l’érosion, le déboisement, l’insalubrité, la mauvaise utilisation des ressources naturelles, la couverture végétale d’Haïti qui est à moins de deux pour cent, le réchauffement climatique, etc. sont autant de problèmes qui sont posés par les jeunes de notre école avec acuité » a-t-il souligné.

« C’est pour nous un devoir de faire comprendre à cette génération qu’il est temps d’agir au niveau de l’écologie mondiale. Nous vivons en Haïti, certes, mais nous gardons nos yeux grands ouverts sur l’environnement à travers le monde » a martelé Darline Eddy Alcé enseignante et commissaire de cette journée de réflexion. Bernie Julien, une élève du nouveau secondaire deux a expliqué au journal l’intérêt de cette activité. « Le but est de sensibiliser la population haïtienne face aux problèmes environnementaux que traverse le pays. À travers cette exposition on atteindra beaucoup plus de personnes possibles pour que nous ayons un meilleur demain. Mis à part les cours sur l’environnement dispensés dans les salles de classe, les élèves de l’école avaient eu l’opportunité de suivre des séances de formation autour de la problématique de l’environnement avec la fondation Tzu-Chi de la République de Taïwan pendant une semaine. » Christina Paul, une élève de 9e AF a expliqué le sous-thème sur lequel elle a travaillé : « Le futur sombre » elle a fait comprendre que l’avenir est incertain si nous ne convergeons pas nos efforts pour laisser à la génération future un monde sans réchauffement climatique, ce phénomène qui peut occasionner certaines maladies comme la déficience du cerveau. »

La directrice du Collège Marie Anne, Soeur Marthe Marjorie Février a abondé dans le même sens. « La problématique de la dégradation de l’environnement occupe tous les esprits. Tout le monde doit réfléchir sur l’avenir de la planète. « Notre regard sur le passé, le présent et l’avenir détermine les choix de transmissions que nous faisons aux générations futures. »

Schultz Laurent Junior

 

Comments

comments

scroll to top