Accueil » Culture » Claire Heureuse Félicité Bonheur et la Réincarnation

Claire Heureuse Félicité Bonheur et la Réincarnation

13 novembre 2017, 9:27 catégorie: Culture4 280 vue(s) A+ / A-

Claire Heureuse Félicité Bonheur, épouse de l’Empereur Dessalines.

/Photo : Wikimedia Commons.

 

Le chercheur Rudolf Steiner, affirme « qu’une âme rayonnante d’amour aura, dans la prochaine incarnation, un corps physique qui, jusqu’à un âge avancé, gardera un aspect jeune et vigoureux. »…

Selon l’enquête du professeur Stevenson, 90 % des réincarnations étudiées par lui se sont produites dans le même pays et 10 % seulement ont été internationales ou interraciales… (Expérience de vies revécues, Jean Francis Croalard, Ambre Edition)

Manuelle visite l’Ile Thomas afin de rencontrer deux personnes susceptibles de l’aider dans ses recherches sur le patrimoine culturel haïtien. Ce matin, elle visite Irma pour qui elle éprouve une grande admiration. Cette dernière, ayant travaillé au montage d’une exposition sur la période postcoloniale, au Musée du Panthéon National, a eu en sa possession des gravures montrant des personnages importants de cette époque. Sa surprise est de taille, en voyant entrer Manuelle chez elle.

– Voilà Claire Heureuse Félicité Bonheur, dit-elle à l’amie à qui elle cause.

– Nous sommes au vingt et unième siècle Irma. Ce ne peut être qu’une personne lui ressemblant.

– Je suis Manuelle, la visiteuse que vous attendez.

Irma ne cache point son émotion. En face d’elle, se tient une jeune femme de vingt ans. Manuelle est accompagnée de sa mère, témoin de pas mal de ses manifestations insolites. Elle dit avoir trois enfants dont l’ainée a vingt-huit ans. Son visage pourrait être d’une pareille jeunesse grâce à une intervention de chirurgie esthétique, mais son corps, son allure, tout chez la visiteuse reflète l’éblouissante fraicheur de la vingtaine. Les deux femmes restent un long moment en conversation. Manuelle raconte les différentes étapes de son cheminement de réincarnée. Elle confie les flous et ses doutes du début. Elle raconte la découverte les différences de traits et de teints entre elle et les membres de sa famille actuelle. Manuelle ne ressemble à personne, même pas à sa jumelle. Elle montre les photos de cette dernière, très belle femme, portant bien ses cinquante ans. Les trois enfants de la visiteuse paraissent plus âgés que leur mère.

– Je comprends votre étonnement. J’ai en effet la même apparence physique que Claire Heureuse Félicité Bonheur, mais je suis Manuelle. Mon âme est revenue pour semer l’amour et continuer ce à quoi, Claire Heureuse s’est consacrée il y a si longtemps sur cette ile. Je suis venue vous rencontrer, pour savoir comment m’y prendre dans cette vie.

– Vous paressez si jeune. Vous n’avez pas plus de vingt ans. Pourtant vous m’écriviez que vous en avez cinquante.

– En effet, j’en suis consciente, cependant j’ai cinquante ans et trois enfants. Je me nourris d’amour. Le temps qui passe ne flétrit ni ma jeunesse, ni ma beauté.

– Je n’ai qu’un conseil à vous donner. Prenez des notes, décrivant chacune de vos visions afin de rétablir certaines vérités historiques.

– Les éléments du début de mes régressions, s’ils étaient disparates, ceux sont consolidés depuis des années. L’expérience au quotidien m’a rendue familière de cette époque lointaine du XIXe siècle. Un travail constant m’a permis d’atteindre une dimension spirituelle me donnant accès à la certitude absolue de qui j’ai été à cette époque. Je peux, sans vantardise et sans crainte de démériter et de faillir, signaler les absences que j’ai constatées dans les publications concernant notre guerre d’indépendance. Mon rôle serait-il de suppléer à certaines lacunes ? On ne me l’a pas signifié. Faut-il rétablir la vérité historique concernant Jean Jacques que l’on fait passer pour un sanguinaire alors qu’il était un chef discipliné ayant sous ses ordres des hommes sans foi ni loi. Révolté contre les abominations que les esclaves ont subies, il n’a pas été aussi cruel qu’on le décrit. J’aimerais combler les vides, conter les faits venus de notre lointain passé, pour cela, il faut trouver les mots justes et je ne suis pas écrivaine.

– Point n’est besoin d’être une professionnelle de la plume, pour rétablir des vérités historiques. Dorénavant, pourquoi ne pas décrire vos états d’âme et partager les informations qui vous sont transmises ?

– En regardant votre photo pour la première fois, j’ai su que vous déteniez la clef de la barrière et qu’en venant vous rencontrer je trouverais le message concernant le chemin à suivre. Voilà pourquoi je n’ai pas hésité à faire le voyage de Los Angeles à l’Ile Thomas.

Marie Alice Théard

 (IWA/AICA)

Petites histoires insolites tome VI

Comments

comments

scroll to top