Accueil » Actualité » Cholzer Chancy élu président de la Chambre des députés

Cholzer Chancy élu président de la Chambre des députés

12 janvier 2016, 12:00 catégorie: Actualité1 624 vue(s) A+ / A-

Sénat 1

Le député Cholzer Chancy (Ennery, AAA), élu président de la Chambre basse. / Photo (archives) : J. J. Augustin

 

Après la séance de prestation de serment des membres de la 50e législature, le dimanche 10 janvier 2010, les députés ont précédé, le lundi 11 janvier, à l'élection du bureau de la Chambre basse . Cholzer Chancy, député d'Ennery (Artibonite), est élu président.

À la chambre basse, la nouvelle configuration est connue. Au terme d’un vote très serré, c’est le député issu de la circonscription de Ennery, Cholzer Chancy, élu sous la bannière de la plateforme politique « Ayiti An aksyon » ( AAA) qui remporte la présidence du bureau aux dépens de Jerry Tardieu, fort de quarante-six votes récoltés contre quarante-quatre au profit de son concurrent.

La lutte pour la présidence de la chambre basse a été très disputée. Après un premier décompte du vote des députés, les deux candidats à ce poste ont totalisé chacun quarante-cinq votes. Il a fallu reprendre le vote pour que l’ex-questeur de la 49e législature prenne le dessus sur son concurrent.

Cet exercice laisse présager la tendance qui se dégage pour le contrôle de la chambre basse. Aucune entité politique ne détient la majorité absolue. Cependant, dans une perspective d’alliance entre des groupes politiques qui se ressemblent idéologiquement, une majorité de députés proches du pouvoir est susceptible de mettre son emprise sur cette 50e législature.

En effet, le parti au pouvoir, « Phtk » compte pas moins de 26 élus. Hormis la dissidence des uns  et des autres, cette structure politique pourrait probablement bénéficier du support des plateformes politiques « AAA » et bouclier qui disposent respectivement de six et trois élus. Ajoutons à cette liste la « konvansyon inite demokratik » fort de ses sept députés élus, pourrait être un allié de PHTK. Ce, en tenant compte de la cohabitation au pouvoir de la KID avec l’équipe « Tet kale ».

Dans ce jeu des alliances pour la prise du pouvoir, d’autres entités qui, bien qu’elles n’appartiennent pas à la même famille politique, peuvent constituer des groupes politiques avec lesquels il faille composer à la chambre basse. La plateforme politique « Verite », à cet effet, ne peut être traitée en parent pauvre. Elle compte treize députés dans ses rangs. Alors que les plateformes politiques « Lapeh » et « Inite » qui se ressemblent sont respectivement représentées par quatre et deux députés.

Dans cette veine, 10 nouveaux élus doivent leur mandat à l’organisation du peuple en lutte (OPL) et la Fusion des sociaux-démocrates qui se réclament de la sociale démocratie. Par ailleurs, le parti  « Fanmi Lavalas », qui n’a plus été formellement représenté au parlement depuis la chute au pouvoir en 2004 du coordonnateur du parti, l’ex-président Jean Bertrand Aristide, a gagné  huit sièges à la chambre basse.

Par ailleurs l’entité politique dénommée « Mosano », peu connu sur la scène politique, compte deux députés alors que treize autres entités politiques sont représentées par un seul élu.

La rentrée parlementaire via une séance en assemblée nationale, cependant, n’a pas pu avoir lieu selon le vœu de la constitution, soit le deuxième lundi du mois de janvier qui coïncide au  lundi 11 janvier 2016.

Au moment de mettre sous presse, au Sénat la  séance de validation du pouvoir de ses nouveaux  sénateurs se poursuivait.

 

Jean Michel Cadet

 

Comments

comments

scroll to top