Accueil » Société » C’est parti pour la deuxième édition de Hult Prize

C’est parti pour la deuxième édition de Hult Prize

11 octobre 2018, 7:53 catégorie: Société6 162 vue(s) A+ / A-

Staff organisateur.

 

C’est autour du thème « L’employabilité des jeunes, défis et perspectives », au Ciné Triomphe, vendredi dernier, que la deuxième édition du concours Hult Prize Haïti a été lancée en présence d’un groupe de jeunes universitaires. Une fois de plus, les étudiants des universités privées et d’État d’Haïti vont avoir la chance de participer au grand concours Hult Prize qui réunit des idées du monde susceptible de résoudre les problèmes de la planète et d’une communauté en particulier. Mike Bellot de Solo Bag, initiateur de ce concours en Haïti et directeur national de Hult Prize Haïti, nous fait le plaisir de répondre à nos questions. Entretien.

Le National : Lancée autour du thème « L’employabilité des jeunes, défis et perspectives », comment s’annonce la deuxième participation d’Haïti au concours Hult Prize ?

Mike Bellot : Les préparations vont de bon train, un jour avant notre lancement (5 octobre), nous avons eu une première session de formation pour les directeurs Campus pour et les comités organisateurs de toutes les universités qui participeront à Hult Prize cette année.

L.N. : Le groupe organisateur a-t-il tenu compte des paramètres malencontreux qui ont mis en déroute la première édition du concours pour une meilleure participation des groupes ?

M.B. : Comme plus d’un l’a remarqué l’année dernière, il y avait un manque de préparation pour les équipes qui sont allées concourir à la phase régionale à l’étranger, cette année, nous voulons résoudre ce problème, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de fournir des séances de formation aux équipes qui participeront à la compétition. Nous avons recruté des experts nationaux et internationaux de différents domaines pour dispenser cette formation. Elle couvrira tous les aspects clés de la compétition, allant de technique de présentation, création de modèles d’affaires, la planification financière, à l’innovation. Nous voulons qu’une équipe d’Haïti remporte la finale globale et empoche les 1 million de dollars US.

L.N. : Quelles sont les conditions pour y participer ? Y aura-t-il un frais d’inscription ?

M.B. : Les conditions requises pour participer sont : être un étudiant d’une des universités sélectionnées, créer une équipe de 3 à 4 personnes, consulter le site Web de l’université et enregistrer l’équipe en ligne, puis préparer votre idée pour la présenter devant un jury. Il n’y a pas de frais pour participer, c’est gratuit.

L.N. : Lors de la première édition, certains étudiants se sont plaints de n’avoir pas de sponsors pour concurrencer les équipes étrangères lors des présentations de projet en terre étrangère, que répondrez-vous à cela ?

M.B. : En effet, c’est une réalité malheureusement. Les équipes, qui ont été sélectionnées l’an dernier pour participer aux concours régionaux au Canada, aux États- Unis et au Mexique, n’ont reçu aucun soutien des secteurs public et privé, elles paient toutes les dépenses par leurs propres moyens. Nous, le comité national, n’avions pas assez de ressources pour soutenir toutes les équipes. Mais cette année, nous avons noué davantage de partenariats pour voir comment nous pourrions disposer de plus de fonds pour financer le déplacement des équipes concurrentes.

L.N. : Où les étudiants intéressés peuvent-ils se rendre pour inscrire leur groupe ?

M.B. : Chaque université a une page Facebook et un site Web. Les étudiants des universités sélectionnées doivent se rendre sur la page Facebook de leurs universités respectives et trouveront un lien leur permettant de s’inscrire.

Le National : Le dernier mot ?

Mike Bellot : Je voudrais maintenant lancer un appel à l’action auprès du public et du secteur privé afin qu’ils soient plus ouverts pour aider les équipes dans la compétition. Il y a plus à gagner qu’à perdre. C’est un réel investissement, imaginez l’impact que cela aurait sur une entreprise haïtienne qui soutient une équipe et cette équipe remporte la compétition et rapporte 1 million de dollars à la maison. Penses-y.

Je voudrais aussi encourager davantage d’élèves à participer à ces activités, il n’y a pas de perdant à ce concours, tout le monde est gagnant. Même si une équipe perd le concours, mais elle gagnera beaucoup d’expérience et restera connectée à une plate-forme mondiale d’entrepreneurs réunissant des entrepreneurs locaux et internationaux. J’exhorte chacun à prendre part à ce défi. Le thème de cette année est de présenter une idée d’entreprise qui pourrait créer 10 000 emplois pour les jeunes au cours des 10 prochaines années.

Propos recueillis par :

Laïka Mezil

Comments

comments

scroll to top