Accueil » Actualité » Cap-Haïtien : manifestation des lycéens émaillée de violence

Cap-Haïtien : manifestation des lycéens émaillée de violence

13 novembre 2017, 10:09 catégorie: Actualité3 518 vue(s) A+ / A-

Manifestation des lycéens du Nord émaillée de violence.

 

Des centaines de lycéens et élèves des écoles nationales ont gagné les rues du Cap-Haïtien ce lundi 13 novembre 2017, ils entendent protester contre l’absence répétée des professeurs dans les salles de classe depuis plus d’une semaine suite à un mot d’ordre de grève du syndicat des enseignants pour réclamer des lettres de nomination pour certains et le paiement des arriérés de salaires pour d’autres.

Munis de pancartes, les manifestants sous la protection des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ont parcouru les rues du Cap-Haïtien, en scandant des mots hostiles à l’égard du titulaire du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), professeur Pierre Josué Agénor Cadet qui, disent-ils, est responsable de l’absence des professeurs pour n’avoir pas honoré ses promesses vis avis des enseignants.

Très en colère, les élèves des lycées Dutty Boukman, Philippe Guerrier, Antenor Firmin, Breda et de quelques autres établissements publics ont déclaré inacceptable la situation due à l’absence des professeurs en salle de classe. Ils demandent aux responsables du MENFP de prendre toutes les dispositions nécessaires pour régulariser dans un bref délai la situation des professeurs grévistes : « nous ne cesserons jamais de manifester jusqu’à ce que les responsables du MENFP et les professeurs grévistes trouvent une solution appropriée à la crise pour que nous reprenions le chemin de l’école », ont fait savoir certains d’entre eux, interrogés par Le National.

Les protestataires pensent que le ministre de L’Éducation nationale et de la Formation professionnelle devrait démissionner s’il ne parvenait pas à régulariser la situation des professeurs.

Soulignons que la manifestation des lycéens ne s’est pas déroulée sans heurts. À la Fossette des individus non identifiés ont lancé des pierres sur les élèves qui ont violemment réagi en exerçant des pressions sur des établissements privés les obligeant à relâcher les élèves. Pour disperser la manifestation, les agents de l’ordre ont fait usage des gaz lacrymogènes, ce qui a créé une situation de panique dans toute la ville, les élèves des écoles privées couraient dans toutes les directions.

Plusieurs établissements scolaires de la ville, dont le collège Nouvel Espoir et le Collège Jean Claude Mondésir, respectivement propriétés du député de la circonscription du Cap-Haïtien Jean Étienne et du maire principal de la commune du Cap-Haïtien, Jean Claude Mondésir ont été la cible des manifestants ont lancé des pierres et défoncé le portail d’entrée (du Collège Nouvel Espoir).

Selon un bilan communiqué par le parquet du Cap-Haïtien, neuf élèves sont sortis victimes dans le mouvement des élèves, parmi eux, un se trouve en coma. Le chef du parquet de la juridiction du Cap- Haïtien, Me Ferney Sainjuste Charles qui a failli être victime des actes des protestataires condamne la présence de personnes n’ayant rien à voir avec la question de l’éducation dans les rangs des manifestants. Soulignons que les élèves menacent d’occuper les rues, jusqu’au retour des enseignants en salle de classe.

Hervé Délima

Comments

comments

scroll to top