Accueil » Economie » La campagne d’hiver officiellement lancée

La campagne d’hiver officiellement lancée

20 décembre 2016, 11:08 catégorie: Economie4 554 vue(s) A+ / A-

Jean Robert Estimé, directeur du projet Chanje Lavi Plantè, lors du lancement de la campagne
de production de riz d’hiver 2016 dans la localité de Timonèt. |Photo : Lionel Édouard

 

Le projet Feed the Future « Chanje Lavi Plantè » en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), a lancé, officiellement, le mardi 20 décembre, à Timonèt, localité de la commune de Saint-Marc, la campagne de production de riz d’hiver 2016. Par cette campagne, les responsables projettent d’atteindre pas moins de 2 200 exploitants agricoles.

 

Il était 11 heures dans la matinée du mardi, lorsque des personnalités, notamment des membres de l’USAID, du ministère de l’Agriculture, des autorités locales, et plusieurs dizaines d’agricultrices et d’agriculteurs, se sont réunies dans la localité de Timonèt, de la commune de Saint-Marc pour prendre part au lancement officiel de la campagne de production de riz d’hiver 2016. Pour cette campagne de l’arrière-saison, des travaux vont être réalisés sur près de 1 000 hectares, a fait savoir Jean Robert Estimé, directeur du projet Chanje Lavi Plantè, soulignant que dans le cadre de ce projet, 7 000 hectares ont été irrigués.

Toujours dans la mise en oeuvre du projet, de grosses boutiques d’intrants agricoles ont été instaurées. Le projet a fourni des services de vulgarisation, entre autres. Le projet, dit-il, entend installer deux moulins pour la prochaine récolte au bénéfice des paysannes et paysans. Parlant de l’expérience réalisée avec le nouveau Système de riziculture intensive (SRI), il souligne que près de 440 ha ont été plantés en SRI dans la 5e section de Bocozèle.

Le secrétaire d’État à la production végétale, Pierre F. Patrix Sévère, a, dans son intervention, souligné que le projet Chanje Lavi Plantè prend en compte tous les paramètres de production. Ce qui, pour lui, représente un gain pour les fermiers. Il appelle à la poursuite de la collaboration entre tous les acteurs afin d’améliorer la capacité de production des planteurs dans la Vallée.

M. Sévère qui se dit conscient des divers problèmes auxquels font face les agricultrices et agriculteurs du Bas-Artibonite, promet via le MARNDR de travailler conjointement avec les acteurs oeuvrant dans le secteur pour relever le défi. Pierre F. Patrix Sévère a d’un autre côté, souligné que de l’argent a été mis dans le budget 2016-2017 pour aménager deux drains couvrant les périmètres irrigués dans toute la Vallée. Présent à cette cérémonie de lancement officiel, Frantz Ulysse, l’un des maires assesseurs de la commune de Saint-Marc, dit souhaiter que le lancement de cette campagne de riz contribue à l’amélioration et l’augmentation de la production rizicole dans la Vallée de l’Artibonite, notamment dans la 5e section communale de Bocozèle. Le maire suggère aussi aux acteurs intervenant dans le Bas-Artibonite, notamment dans la filière du riz de prendre en charge la plantation, la transformation et la commercialisation de ce produit, tout en appelant le MARNDR à réhabiliter les routes agricoles pour permettre aux producteurs de transporter les denrées.

Ester Linda, secrétaire générale du Conseil des organisations paysannes pour sauvegarder la 5e section Bocozèle (CORPS-5), a passé en revue les différentes interventions du projet Chanje Lavi Plantè dans la 5e section communale de Bocozèle. Selon ses dires, le système d’irrigation de la zone s’est concrètement amélioré. Elle a aussi cité la mise en place des boutiques d’intrants agricoles, au profit des cultivatrices et cultivateurs dans le Bas-Artibonite, plus précisément dans la 5e section de Bocozèle. Elle dit souhaiter que le projet se poursuive dans la Vallée pour continuer à appuyer les paysannes et paysans.

L’ingénieur-agronome Roosevelt Décimus, spécialiste en production agricole du projet Chanje Lavi Plantè, a, quant à lui, mis l’emphase sur le SRI. À bien comprendre ses propos, le SRI pourrait permettre l’augmentation de la production nationale. Citant quelques avantages de ce nouveau système, il affirme qu’avec le SRI, on peut réduire l’utilisation des fertilisants à 50 % et obtenir une diminution de 30 % de l’eau nécessaire à cette culture. Cependant, souligne-til, ce nouveau système augmente les travaux des agriculteurs, évoquant pour exemple entre 2 et 3 sarclages avec le SRI. Le spécialiste en production agricole appelle les agricultrices et agriculteurs à mettre en oeuvre les itinéraires techniques du SRI pour les permettre d’augmenter la production rizicole.

 Les responsables en ont profité pour honorer quatre planteurs pour avoir expérimenté des parcelles de démonstration avec le SRI. Comme prime d’encouragement, ils leur ont accordé quatre sarcleuses et quatre sacs d’engrais pour continuer à utiliser le nouveau système de production de riz dans la Vallée de l’Artibonite.

Therno N. A. Sénélus

 

Comments

comments

scroll to top