Accueil » Culture » C3 Éditions et la FILHA en 2017

C3 Éditions et la FILHA en 2017

06 décembre 2017, 9:57 catégorie: Culture2 437 vue(s) A+ / A-

Lord Edwin Byron, responsable des relations publiques de C3 Éditions.

 

Dans le cadre de la 5e édition de la Foire internationale du Livre, du 15 au 17 décembre 2017, au Palais municipal de Delmas, Le National a rencontré Lord Edwin Byron, le responsable des relations publiques de C3 Éditions. M. Byron a fait savoir que vingt auteurs seront en signature cette année.

Le National : Qu’est-ce que C3 Éditions présente cette année à la FILHA ?

Lord Edwin Byron : Pour la 5e édition de la FILHA, en plus des vingt-deux auteurs qui seront en signature, tous les titres de C3 Éditions seront disponibles. Dans un souci de mieux valoriser le livre et la lecture, nous avons consenti à apporter du sang neuf à cet événement. Un espace de lecture dédié aux jeunes sera aménagé en vue de favoriser la rencontre entre jeunes lecteurs et écrivains qui enrichissent notre collection Jeunesse. Ce sera l’occasion pour les écoliers de s’entretenir avec Gary Victor, Joëlle Benoit, Joujou Turenne, etc.

L.N. : Est-ce que les auteurs seront présents pour dédicacer leurs oeuvres ?

L.E.B. : Nos auteurs seront disponibles durant tout le déroulement de la Foire. Ils seront au nombre de vingt-deux à venir faire la fête. Un horaire, qui précisera l’intervalle de temps imparti aux écrivains qui auront à signer ou à animer des causeries, sera sous peu publié.

L.N. : La FILHA accueillera les écoliers, avez-vous des livres pour combler leurs attentes ?

L.E.B. : Comme toujours, la maison ne cesse d’enrichir et de diversifier son menu. Et les jeunes ont toujours été notre première cible. C’est un choix calculé puisque, jeunes aujourd’hui, ils sont ceux qui auront la manette du pays. Donc, ils doivent être bien outillés. Et le savoir est, sans nul doute, le vecteur essentiel de l’épanouissement et du développement. Cette année, nous avons pas mal d’ouvrages qui leur sont destinés. Pour les plus petits, on peut citer : L’aventure de Kibou le vèvè de Gary Victor, Jayuga et le roi des serpents et Le voyage de l’hibiscus de Maggy belin Biais, Tortue et les bêtes-à-ailes de Joujou Turenne, Tokay en Canta Bouhi de Joëlle Benoit. Nous avons des recueils de récits et de nouvelles pour les adolescents : Tigri de Jacques Adler Jean-Pierre, Les possibles Futurs. Haïti 2042, pour ne citer que ceux-là.

L.N. : Qu’en est-il du Concours national scolaire de Nouvelles organisé cette année ?

L.E.B. : Le Concours national scolaire de Nouvelles est à sa 4e édition. Organisé en partenariat avec l’Association des professeurs de français et de créole d’Haïti (APROFH) et le Centre de Promotion de l’Excellence, de la Culture et de la Citoyenneté (CPECC), ce concours sert de catalyseur aux jeunes désireux de s’initier à la littérature. C’est aussi un prétexte pour inciter les jeunes à questionner la réalité du pays et à réfléchir sur leur avenir. Cette année, nous avons déniché douze jeunes de grand talent en provenance de différentes villes du pays. Les douze nouvelles primées sont publiées sous la direction de Gary Victor dans un recueil intitulé Les possibles futurs. Haïti 2042. Ce concours se veut une expérience très enrichissante à laquelle on ne compte pas renoncer de si tôt.

L.N. : Lyonel Trouillot et la Guadeloupe sont à l’honneur cette année, quelles sont les retombées que le pays peut avoir de la présence de la littérature caribéenne ?

L.E.B. : Une foire internationale est avant tout un lieu d’échange et de partage d’idées entre différents peuples. En effet, la Foire internationale du Livre d’Haïti (FILHA) est une occasion pour tous les acteurs de la chaine du livre, les lecteurs, les éditeurs et les écrivains de nouer connaissance avec la richesse culturelle, particulièrement littéraire des autres pays qui y participent. La présence de la Guadeloupe en tant que pays à l’honneur doit être estimée premièrement, comme une opportunité pour les amants haïtiens de la littérature de découvrir un pan intéressant de la littérature caribéenne et aussi pour les écrivains et les éditeurs de mettre en partage leur expérience dans la production.

L.N. : On voit que C3 Éditions publie des manuels scolaires pourquoi ce nouveau choix ?

L.E.B. : Effectivement, C3 Éditions se lance dans la publication de manuels scolaires avec un éventail regroupant les mathématiques, le français, le créole et les sciences naturelles, expérimentales et sociales. Un tel choix résulte du constat de la baisse de régime qui continue de s’accuser dans notre système éducatif. D’où notre souci de venir à la rescousse en proposant des outils à même de rendre l’enseignement au niveau fondamental et secondaire plus efficace, intéressant et amusant. Pour y arriver, la maison a fait appel à des enseignants de carrière qui ont vite compris qu’il y avait urgence d’intervenir en ce sens. Notre objectif est de travailler à redimensionner l’enseignement en Haïti par rapport aux standards de la pédagogie moderne.

L’équipe de C3 Éditions invite les lecteurs et les passionnés de la littérature à venir prendre part les 15, 16 et 17 décembre à cette manifestation qui célèbre le savoir et la culture. Lord Edwin Byron, responsable des relations publiques de C3 Éditions.

Propos recueillis par :

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top