Accueil » Tribune Parlementaire » Budget et collectivités territoriales: deux champs de bataille du sénateur Francenet Dénius

Budget et collectivités territoriales: deux champs de bataille du sénateur Francenet Dénius

04 mai 2017, 10:24 catégorie: Tribune Parlementaire22 013 vue(s) A+ / A-

Le sénateur Francenet Dénius.

 

Le sénateur Francenet Dénius, président de la commission permanente de l’Intérieur et des Collectivités territoriales préconise des réformes dans le budget de la République et fait du renforcement des collectivités territoriales une priorité.

Le sénateur Francenet Dénius, président de la commission permanente de l’Intérieur et des Collectivités territoriales préconise des réformes dans le budget de la République et fait du renforcement des collectivités territoriales une priorité.Le sénateur des Nippes, Francenet Dénius a franchi une étape après deux mandats en tant que député de la Commune de l’Asile. Une fois arrivé au Sénat, celui qui a été l’initiateur de la loi sur l’obligation et la gratuité de l’école fondamentale, fait du budget de la République et des collectivités le fer de lance de son engagement au Grand corps.

Le budget de la République, que le Parlement analyse, modifie et ratifie, est l’élément clé qui doit conforter le travail de contrôle du Parlement. Concrètement, renchérit-il, la fonction de contrôle du Parlement passe nécessairement par le contrôle du budget de la République. Le sénateur Denius, membre du bloc APRIS (Alliance des Parlementaires pour le Renforcement des Institutions et de la Stabilité), croit que le Parlement doit, dans le cadre de ce contrôle, donner des directives claires en ce qui concerne le budget, évaluer et questionner l’executif en la matière ; cette fonction de contrôle ne peut aucunement être résumée à des rencontres informatives.

Le budget est défini en fonction de plusieurs objectifs. À titre d’exemple, le budget 2016-2017 visait, entre autres, le maintien de la stabilité macroéconomique, la création d’un environnement favorable à la génération de richesse et d’emplois, l’intensification des efforts dans les domaines de la sécurité publique. Acteur avisé de la question budgétaire, l’élu des Nippes rappelle que le budget est la traduction d’une politique en chiffre. Tel étant le cas, le premier travail du gouvernement aurait été de se doter d’un outil (contenant les objectifs chiffrés de la République) avant tout évènement de grande envergure. Sans langue de bois, celui qui ne s’était pas réservé de questionner le Premier ministre Lafontant sur des points économiques, lors de la séance de ratification au Sénat, avance qu’en termes de budget l’exécutif a placé les charrues avant les boeufs parce qu’il n’a pas commencé par le budget national, mais par une caravane de changement.

 N’étant pas tout à fait satisfait de l’état actuel de la collaboration avec ces collègues sénateurs des Nippes, le sénateur Denius parle de la nécessité de définir, avec tous les parlementaires de la région, un plan global de développement pour le grand Sud qui doit être inséré dans le budget national.

Le président de la commission Intérieur et Collectivités territoriales est convaincu que la meilleure formule devant aider l’État à servir les citoyens est de passer par les élus locaux. Soucieuse de mener à bien son travail, la commission a déjà sollicité, du ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales la feuille de route de son ministère afin que ladite commission puisse travailler avec la fédération nationale des maires, la fédération des Casec et Asec. Ces rencontres de travail, précise le président de la commission, permettront de voter une loi définissant l’organisation et le fonctionnement des collectivités, une loi sur la fonction publique territoriale appelée à protéger les employés des mairies. Cette commission s’intéresse à doter les collectivités d’outils législatifs et à faciliter le transfert de moyens financiers entre l’exécutif et les collectivités de manière à permettre aux élus locaux de répondre à leur mission de services. Interrogé sur la feuille de route du ministère de l’Intérieur et des Collectivités, le sénateur des Nippes a dit retenir deux points importants : la fonction publique territoriale et les états généraux du secteur qui contribuera à la définition d’une meilleure politique de décentralisation.

 La décentralisation étant une nécessité démocratique, préciset- il, prendra tout son sens dans le fonctionnement des assemblées municipales, le Conseil départemental et le Conseil interdépartemental. En ce sens, M. Denius invite le Conseil électoral provisoire à organiser les élections indirectes pour la mise sur pied de ces organes.

 Pour synthétiser ces propos sur le budget et les collectivités territoriales, le parlementaire, qui est à son troisième mandat au Parlement, souligne qu’il faut une réforme des finances publiques qui doit prendre en compte les collectivités du budget.

 Réginald Calixte

Comments

comments

scroll to top