Accueil » Culture » Bon boulot ! Bon voyage Boulo !

Bon boulot ! Bon voyage Boulo !

20 novembre 2017, 9:42 catégorie: Culture1 978 vue(s) A+ / A-

Boulo Valcourt vient de partir à la rencontre de ses anciens amis artistes et professionnels du micro tels : Azor et Joe Damas. Dans les va-et-vient, il est possible d’entendre la voix intemporelle de Ti Manno, de Master Dji, de Guy Durosier, de Ti Mitou, de Black Alex et d’Herby Widmaier. Ce sont de véritables artistes musiciens qui ne vieillissent pas, qui continuent de nous animer à contre-courant de ce triste décor que nous impose la mort.

Éric Charles est aussi de la partie. En duo avec Lumanne Casimir, Azor ne laisse certainement pas son tambour au repos. La musique nationale dans toutes ses diversités est célébrée en permanence. C’est l’animation qui y règne dans les différentes salles qui accueillent le prochain musée de la musique haïtienne. Le musée national qu’il faudrait créer pour immortaliser Boulo et toutes ces voix remarquables, dont les souffles vont nous manquer à jamais. À quand la pose de la première pierre ? C’est l’un des gestes les plus intelligents que les générations présentes et futures attendent de nos élites !

Bravo Boulo !

Et l’année 2017 se termine avec son lot de cadavres. Beaucoup d’illustres figures politiques et des personnalités culturelles célèbres issues de tous les milieux qui viennent de réaliser ce dernier voyage.

Dommage que les secteurs influents du pays tardent à investir dans la création d’un coin, même virtuel, à défaut d’un musée classique pour garder en vie les souvenirs de ces derniers. Dans quel endroit les enfants qui naitront vingt ans après la mort de Boulo Valcourt, vont pouvoir apprécier les souvenirs de ce magicien, les objets témoins de Boulo entre ses vêtements de scène, ses instruments musicaux, etc.

Plus que des pleurs et des mots de sympathies et d’adieu, nous devons dépasser les limites de ces adieux stériles, pour investir dans la conservation de la mémoire de ces génies. Collecter l’ensemble des contributions et des créations, illustrer les principaux collaborateurs qui ont accompagné, supporté, conseillé, servis, trompés et trahis Boulo Valcourt sur son parcours. Que restera-t-il de Boulo quand d’autres nouveaux décès vont garnir l’actualité ?

« La musique haïtienne vient de perdre une de ses plus belles voix. », selon le cinéaste Richard Sénécal.

« Boulo Valcourt, simple comme lui seul a choisi de sortir sur la pointe des pieds pour ne pas déranger ceux-là qui se réclament “ARTISTES” », poursuit un autre professionnel du septième art, Jean Claude Bourjolly.

Que restera-t-il de Boulo dans cinq ans, dans dix ans quand on devra célébrer le centenaire de sa naissance ? Comme un jour béni pour le patrimoine musical haïtien. Retour sur mon article « Détente musicale réussie ! », publié le 20 octobre 2017 dans les colonnes du journal Le National. Les voix de Ralph Thamar, d’Alan Cavé et de Reginald Lubin, avec l’assistance des musiciens comme Reginald Polycard, Richard Barbot, Jhon Bern Thomas et Maxime Lafaille n’avaient pas manqué l’occasion pour saluer le travail de Boulo Valcourt, à la voix troubadour dans les mots de Syto Cavé.

Si w wè m renmen w cheri fòk ou kapab konprann…

« Boulo Valcourt est passé à la phase suivante de sa vie. La famille célèbre la vie incroyable qu’il a vécue avec nous. Nous sommes bénis par l’amour que Boulo nous a douché durant sa vie incroyable. À cette heure, nous apprécions vos prières, vos souhaits et vos condoléances. Nous ne voulons aucune contribution. Merci d’avoir respecté notre vie privée. », Tels sont les premiers propos des plus proches de ce génie parti après des mois de souffrances et de résistance face à la maladie, qui portent la signature de : Maritza, Dominique, Jocel, Steeve, Orchidée, Anthony, et leurs familles.

Dans la grande foule des hommages sur tous les réseaux, il est possible de s’accrocher aux témoignages de Tamara Suffren, empreints d’une grande sincérité. « Merci Boulo Valcourt, merci du fond du coeur. Merci pour ta voix, ton énergie, ton sens de l’humour, ton respect. Merci d’avoir été mon mentor, tu as contribué à cette personne que je suis. Tu m’as appris tellement de choses. Travailler avec toi me procure de la joie et beaucoup de fierté. J’aime te chanter, j’aime t’écouter chanter. Je t’adore Boulo et jusqu’à cette traversée je t’aime encore.

Bon voyage, bonne traversée. Je te promets que je serai cette chanteuse que tu as toujours vue en moi et je te chanterai jusqu’à mon dernier souffle. »

Boulo a été partout et dans toutes les bonnes sauces de la musique haïtienne, avec la troupe Ballet Bakoulou d’Yvrose Green et tant d’autres grands salons comme une icône, il a beaucoup performé dans des milieux select où l’offre culturelle de qualité était au rendez-vous. À la soirée culturelle organisée sous l’égide du président Michel Joseph Martelly dans le cadre de la deuxième conférence des chefs de mission d’Haïti, Boulo a bien été de la partie, pour accompagner diplomates haïtiens dans des tours de danse et de chants authentiques au peuple des marrons.

Lapèson o….Bon voyaj !

«Laviwon dede, laviwon dede. Nou bouke fè laviwon…! », demeure un des premiers refrains devenus immortels dans ma mémoire dans mes premiers contacts avec ce musicien dans la retransmission de l’émission « Top Jeunesse », diffusée tous les vendredis soirs sur les ondes de la télévision nationale d’Haïti, dans les années 80 et 90.

« … Enfin un chanteur que je réservais pour la bonne bouche, car, pour cet ensemble, il est ce que l’on appelait autrefois le sel de la terre. Le “boulot” (il s’appelle “Boulo”) qu’il abat avec quel souffle, est simplement du tonnerre, adapté comme une ciselure de sculpteur aux sinuosités de chaque morceau, les cordes vocales vibrant pour rendre, là où il le faut, chaleur, couleur de sonorité, nonchalance, âme (soul), espièglerie, facétie, lascivité et même sensualité », sont les propos élogieux adressés à notre Boulo national autour de son album phare « Haitiando » jadis, qui portent la signature d’un éminent homme de lettre et chef d’État haïtien, feu professeur Lesly François Manigat.

Bon voyage Boulo ! Dominique Domerçant

Comments

comments

scroll to top