Accueil » Economie » BID : un milliard de dollars disponibles pour Haïti

BID : un milliard de dollars disponibles pour Haïti

07 février 2017, 9:06 catégorie: Economie7 554 vue(s) A+ / A-

Le représentation de la Banque interaméricaine de développement (BID) en Haïti,
Koldo Echebarria. / Photo : Ruben Chéry

 

Koldo Echebarria prend les commandes de la représentation de la Banque interaméricaine de développement (BID) en Haïti depuis pratiquement trois semaines. Le nouveau représentant de la BID dans le pays a réalisé, le lundi 6 février 2017, une visite de courtoisie à Techno Group Communications S.A., firme regroupant le journal Le National, les radio et télé Pacific. Dans une courte entrevue accordée au Journal en la circonstance, monsieur Echebarria a, entre autres choses, informé que la Banque dispose d’une enveloppe d’un milliard de dollars destiné à approuver des projets pour les cinq prochaines années dans le pays, soit durant le mandat présidentiel de Jovenel Moïse.

Le National : Monsieur Echebarria, vous êtes devenu, il y a environ trois semaines, le nouveau représentant de la BID en Haïti. C’est quoi votre agenda ?

 Kaldo Echebarria : Je pense que la première chose, c’est de commencer à dialoguer avec les autorités du pays. Ensuite, il faut mettre en place un programme d’opérations. Pour les priorités, il faut préciser qu’elles seront définies par le gouvernement. Nous avons pas mal de ressources disponibles pour Haïti, mais il faut d’abord fixer les priorités.

J’ai déjà parlé au président élu, monsieur Jovenel Moïse. Nous aurons à approfondir les discussions avec son équipe une fois son entrée en fonction.

LN : La BID a-t-elle des secteurs d’intervention prioritaires en Haïti ?

KE: Nos interventions sont concentrées dans un certain nombre de secteurs. Il y a, entre autres, l’énergie, l’éducation, le développement agricole, les infrastrastructures. Nous sommes intéressés aux secteurs productifs globalement. Nous faisons, par exemple, des interventions au Parc industriel de Caracol, dans des secteurs importants. Il y a des secteurs dans lesquels nous avons beaucoup plus d’expériences et de connaissances en fonction des interventions dans d’autres pays.

Mais nous allons voir si ces secteurs intéressent le nouveau gouvernement parce que, n’oubliez pas que c’est le gouvernement qui décide les priorités. Nous, nous mettons nos moyens au service du gouvernement.

LN : La BID fait plusieurs rapports sur le secteur de l’énergie justement, peut-on dire que ce secteur est des plus prioritaires pour vous ?

 KE : L’énergie est importante pour nous, c’est vrai. Mais, comme j’ai dit, nous travaillons dans plusieurs autres secteurs. Dans le secteur de l’énergie, on a mis pas mal d’attention sur la réhabilitation de la centrale de Péligre. On a, entre autres, fait la construction de la ligne de transmission de Péligre à Port-au-Prince. On est intervenu aussi à Tabarre pour faciliter l’accès au réseau électrique.

 Pour la centrale Péligre, elle n’a pas suffisamment de capacité, le pays en a besoin beaucoup plus. Nous pensons qu’il faut travailler sur la réforme du système. Il y a des décrets passés sous la présidence du président Martelly qui doivent être ratifiés par le Parlement pour avoir un secteur différent. Nous pensons aussi qu’il faut arriver avec des Partenariats publics privés (PPP) pour mieux structurer le secteur de l’énergie en Haïti.

 LN : D’après les informations, il y a 500 millions de dollars disponibles à la BID pour l’implémentation de projets en Haïti. Vous confirmez ?

 K. E. : Il y a certainement une somme de 500 millions de dollars américains disponibles. Mais, cette somme, c’est pour être dépensée dans des projets antérieurs déjà approuvés dans le pays. Nous avons un (1) milliard de dollars disponibles pour approuver des projets sur les cinq prochaines années, soit au cours du mandat présidentiel de M. Jovenel Moïse. Cette somme a été approuvée par le Conseil d’administration de la BID. Mais il faut des projets élaborés suivant les priorités du gouvernement pour consommer cette somme. Le National : Votre lecture de la situation socioéconomique globale du pays ? Kaldo Echebarria : Je pense qu’il faut partir de la situation politique du pays pour des perspectives sur le plan socioéconomique. Cette situation s’est beaucoup améliorée. Il y a un nouveau gouvernement avec lequel nous allons sérieusement travailler à l’amélioration socio-économique du pays. La création d’emploi est ce que je vois comme priorité sur le plan socio-économique. Mais pour créer des emplois, il faut avoir des investissements. On ne va pas avoir d’investissements sans la stabilité politique, parce que c’est ça qui donne aux investisseurs des possibilités de faire des perspectives. Je travaillais au Chili, il y a des investisseurs chiliens qui aimeraient investir en Haïti, mais ils sont encore inquiets par rapport aux institutions et à la stabilité politique. On a fait beaucoup de progrès sur ce point, mais il faut continuer sur la lancée pour beaucoup plus de progrès.

Je veux, par ailleurs, ajouter qu’Haïti n’est pas le pays qu’on voit de l’extérieur. C’est un pays beaucoup plus riche et c’est un pays magnifique. Je rencontre aussi des gens ayant de très bons niveaux intellectuels. C’est un pays différent de ce qu’on présente à l’extérieur. Il faut en ce sens essayer de changer davantage l’image du pays à l’extérieur.

Propos recueillis par

Enomy Germain

Comments

comments

scroll to top