Accueil » Culture » « Ayiti sou wout li pa dwe ye », le cri de Cœur de BIC

« Ayiti sou wout li pa dwe ye », le cri de Cœur de BIC

08 février 2018, 7:57 catégorie: Culture11 521 vue(s) A+ / A-

Caricature de la chanson de carnaval de BIC

De Boukman Eksperyans en passant par Koudyay de l’immortel samba Kessy à BIC, le carnaval aura été le moyen par excellence utilisé par certains artistes ou groupes musicaux de faire passer des revendications populaires. La meringue carnavalesque de BIC intitulée : «   Ayiti sou wout li pa dwe ye »  est un cri de cœur du chanteur. À travers ce morceau, l’artiste a préféré   s’éloigner  du thème retenu pour l’organisation du carnaval de cette année : «  Ayiti sou wout chanjman » pour présenter les lignes de démarcation d’un pays qui s’aventure sur des chemins pervers et de la perdition.

BIC de son vrai nom Roosevelt Saillant a chanté en duo avec sa choriste Cynthia Michel sa meringue carnavalesque de cette année «  Ayiti sou wout li pa dwe ye ». Dans ce morceau, BIC a brossé un tableau sombre de la réalité sociopolitique de notre pays. «  Ayiti sou wout li pa dwe ye » réaffirme l’engagement de l’artiste qui s’est senti concerné devant les dérives de toutes sortes enregistrées dans la société haïtienne ces derniers temps. La meringue poignante et vindicative a débuté par une kyrielle de remerciements.

 « Mèsi pou ti sourit ki anpeche’n dòmi yo

Majistra yo mèsi pou ti moun ki gen dwa achte alkòl ak sigarèt yo

Palemantè mèsi pou kenedi ,bal pèpè kap touye koutiryè’n yo

Zèl kodenn sou tèt diri plastik yo pwodiksyon nasyonal mèsi. »

 

Comme d’ habitude, BIC revendique dans cette composition des idées qui lui son chères afin d’inciter les autres à réfléchir. Toutes les couches sociales de la société haïtienne sont représentées dans cette meringue écrite en créole. BIC  vitupère contre les maux qui minent comme les métastases d’un cancer, notre société. Tout le monde se sent touché en écoutant  « Ayiti sou wout li pa dwe ye ». Il a montré du doigt le comportement des politiciens véreux et corrompus, des artistes ratés, farfelus, rentrés, des jeunes sans perspectives d’avenir. Plusieurs thèmes sont traités dans cette composition. BIC a fait allusion à la prostitution, à la misère, au chômage, à la corruption et surtout à la nonchalance de l’État haïtien incapable de bien remplir sa mission auprès de ses concitoyens.

 

 « Nou fatige fè lepandyè pou leta ban ou yon pyès idantite

Nou fatige pase mizè nan fatra pou’ n bay pitit nou manje

Eske  se Ayiti  jan’l dwe ye non ? eske se sa’l ta dwe ye non ?

Eske se Ayiti jan’l dwe ye non ? Non ?non ?

Pou tout lekol peyi a ki finn tounen bòdèl edikasyon mèsi

Night club nan peyi a ki finn tounen makrèl  yo Ayiti cheri mèsi

Emisyon katre ven pou san atis etranje yo konatel mèsi… »

 

 « Ayiti sou wout li pa dwe ye » met tous les Haïtiens face à leurs irresponsabilités, à  leurs erreurs, à leur insouciance. C’est une meringue qui devrait être un leitmotiv pour espérer ce changement véritable que tous les fils de bonne volonté de ce pays attendent depuis 1804.

 

«Nap touche an goud depanse an US. Nou fatige nou fatige

Sentaniz ap bourike Chantoutou ap kale wès nou fatige nou fatige.

Sou lisans mwen se foto ‘m depi le’m te ti moun

Sa son peyi ki di Ayiti pap janm granmoun. »

 

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top