Accueil » Actualité » Des avocats haïtiens formés par le CIFAF

Des avocats haïtiens formés par le CIFAF

04 décembre 2017, 11:15 catégorie: Actualité2 435 vue(s) A+ / A-

Plusieurs centaines d’avocats ont pris part à l’hôtel Kinam 1 à deux journées de formation, les 4 et 5 décembre 2017. Ce séminaire se réalise en prélude au 32e congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB) et rentre dans le cadre du programme de formation continue du Centre international de formation des avocats francophones (CIFAF).

Ils sont plusieurs centaines d’avocats issus des différents barreaux du pays ayant pris part à cette formation organisée par le Centre international de formation des avocats francophones (CIFAF), à l’hôtel Kinam les 5 et 6 décembre en cours. Cette formation qui se déroule sur deux jours annonce le lancement du 32e congrès annuel de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB) qui se tiendra à Port-au-Prince les 6, 7 et 8 décembre 2017. Cette activité qui se réalise annuellement à l’intention des avocats du pays hôte du congrès, vise à renforcer les capacités des avocats sur un certain nombre de thématiques suivant le contexte et les besoins du pays receveur, a précisé les responsables du CIFAF. Pour cette année, la déontologie, le Droit processuel et la pratique professionnelle en sont les domaines clés constituant la toile de fond de la formation.

Selon les initiateurs qui relataient l’histoire et l’importance de l’activité, ce forum s’inscrit dans le cadre de la for­mation continue de la CIFAF organisée chaque année en vue de renforcer la capacité des avocats membres des dif­férents barreaux attachés au CIB. Le directeur du CIFAF, Jacques A. Migan, qui tentait de situer le choix des thèmes, a précisé que la formation continue des avocats demeure plus qu’une nécessité au regard de l’évolution des sociétés. Le métier d’avocat requiert une adap­tation systématique pouvant répondre aux exigences du marché, a-t-il ajouté. ‹‹ le droit est en constante évolution, si on ne fait pas assez d’effort on finira par devenir de moins en moins avocat ››, a martelé, Me Migan, avant de soutenir que l’avocat doit être un professionnel complet.

Outre cela, l’ancien bâtonnier du Bénin a insisté sur la nécessité pour que les professionnels du Droit passent du stat­ut de réparateur, à l’avocat spécialisé. De son avis, cette dernière formation du CIFAF met beaucoup d’emphase sur cet aspect. ‹‹ en plus de l’avocat défenseur, il nous faut arriver à l’avocat conseiller ›, a-t-il plaidé soulignant que les formateurs sont des experts issus des différents continents avec des com­pétences spécifiques. Pour ce qui est de la réalisation de l’activité, globalement le secrétaire général et formateur du CIFAF, Kayudi Misamu Coco, s’est dit satisfait. Selon le président de l’ordre des avocats du barreau de KINSHASA/ MATETE, un profond engagement est constaté du côté des jeunes avocats haïtiens. Tout satisfait, l’administrateur à la CIB dit souhaiter qu’au terme des deux journées de formation, les avo­cats haïtiens soient plus en mesure de répondre efficacement aux besoins de leurs clients, tout en se disant impa­tient de revenir en Haïti pour d’autres formations.

Notons au passage que le CIFAF est fonctionnel depuis 17 ans et orga­nise chaque année deux séances de formation. La première est réalisée à l’intention des jeunes avocats stagiaires d’Afrique, et la seconde toujours en prélude au congrès de la CIB. À l’aube de ce 32e congrès qui se tiendra en Ha­ïti, plusieurs thèmes cruciaux ont été au menu de la formation. ‹‹ la publicité et le démarchage, le secret profession­nel, l’aspect juridique d’un projet mini­er…››, a conclu le bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Kinshasa/ Matete.

Daniel Sévère

Comments

comments

scroll to top