Accueil » Édito » “Autant en emporte le vent” !

“Autant en emporte le vent” !

12 septembre 2017, 11:32 catégorie: Édito10 051 vue(s) A+ / A-

Notre planète porte durement les stigmates des dernières catastrophes naturelles. L’Afrique vient de vivre de terribles coulées de boue qui ont fait de trop nombreuses victimes ; l’Asie a connu des pluies d’une intensité dramatique qui ont emporté vies et biens et l’Amérique du Nord au Sud s’est fait laminer par des ouragans d’une rare violence.

Selon les experts le nombre de catastrophes naturelles a doublé entre 2010 et 2017 comparé à la décennie précédente. Toute chose qui prouve que quelque chose ne tourne pas rond sur notre bonne vieille planète. Les moult avertissements de divers comités de scientifiques quant au réchauffement climatique sont royalement ignorés par certains hommes d’État et non des moindres.

 Le Président Donald Trump dont le pays a été mortellement touché par une suite ininterrompue de cyclones considère le réchauffement de la planète comme une histoire inventée par des écolos fantasques. Et pourtant si ce n’est la cause principale de ce que nous vivons ces jours-ci, ce phénomène n’est nullement étranger à la violence des vents qui carburent à l’eau chaude au cours de leur périple par-dessus les océans. L’air chaud et saturé d’humidité est comme « un tigre » dans le moteur des cellules orageuses qui se forment audessus de l’Atlantique.

Le dernier ouragan, Irma, dont la seule évocation provoque un frisson de terreur, qui a plongé dans la détresse les populations de la région caribéenne a atteint le plafond de verre de l’échelle de puissance établie en 1971 par l’ingénieur, Herbert Saffir, et le météorologue, Robert Simpson. Et cette puissance dévastatrice a eu en quelques heures l’effet d’une bombe nucléaire pulvérisant tout sur son passage. Le monde entier a pu voir les images impressionnantes des malheureuses îles de la Barbade, de Saint Barthelemy et de Saint-Martin transformées en amas de décombres sous l’impact fatal du monstre climatique. La grande île de Cuba a reçu de plein fouet les assauts de l’ouragan encore en pleine puissance. Selon les premières estimations, le passage d’Irma y aura provoqué des dégâts matériels considérables et une dizaine de morts.

Alors que la planète subit les violences de phénomènes climatiques aussi soudains que violents : ouragans, incendies de forêts, grandes sécheresses ; la plus grande puissance du monde est dans le déni total du phénomène. L’administration Trump est en train de détricoter toutes les initiatives pro-climat prises par le gouvernement Obama, y compris l’interdiction de construire des infrastructures industrielles dans les zones inondables. Aux États-Unis la résistance s’est faite tenace face à la politique du « bélier » du président qui enfonce des portes ouvertes sur des questions aussi vitales pour l’environnement mondial.

Et, comme si la terre n’avait pas assez de souffrir du comportement prédateur des humains, la Corée du Nord vient de provoquer un tremblement de terre artificiel lors de l’explosion souterraine d’une bombe à hydrogène sous le regard extatique du « guide » Kim Jong Un .

Quelques jours plus tard la nature en faisait écho avec un puissant tremblement de terre de magnitude 8.1 sur la côte mexicaine. Il n’y a bien sûr, pour le moment, aucun rapport de cause à effet entre les deux phénomènes, sinon que ceux qui président bon gré mal gré à la destinée des peuples, doivent arrêter de jouer aux pyromanes de l’Apocalypse.

Roody Edmé

Comments

comments

scroll to top