Accueil » Culture » Les artistes Jean Daniel et Katiana Beaubrun dénoncent « le comportement violent et irrespectueux » du directeur de l’Institut français d’Haïti

Les artistes Jean Daniel et Katiana Beaubrun dénoncent « le comportement violent et irrespectueux » du directeur de l’Institut français d’Haïti

16 mai 2017, 8:25 catégorie: Culture5 241 vue(s) A+ / A-

Les artistes Jean Daniel et Katiana Beaubrun/Photo : FCB de Daniel Beaubrun

 

Dans une note publiée ce lundi 15 mai 2017, les artistes Jean Daniel et Katiana Beaubrun ont dénoncé le comportement violent et irrespectueux du directeur de l’Institut français d’Haïti (IFH), M. Jean Mathiot, qui semble-t-il, aurait empêché « avec violence », selon la note des artistes, Jean Daniel et Katiana Beaubrun d’aller saluer le chanteur à textes BIC après une grande soirée tenue dans le cadre de la semaine de l’Europe.

Plusieurs personnes contactées, qui étaient bien entendu sur place ce jourlà, ont dit regretter cet « incident ». Une situation qui a provoqué la colère des artistes qui, à travers leur note, ont exprimé leur « plus profonde indignation suite à la violence subie à l’Institut français d’Haïti après la prestation des artistes BIC et Uman ».

 « Alors que nous étions venus apporter notre support à ces jeunes talents, cités plus haut (BIC et Uman), qui sont porteurs de messages… pour la jeunesse de leur pays, Monsieur Mathiot a bousculé l’artiste Katiana Beaubrun qui s’apprêtait à adresser ses salutations à l’artiste haïtien BIC en lui rappelant que cet espace lui appartenait », ont affirmé les artistes dans la note. Ils affirment que Monsieur Mathiot, en sa qualité de promoteur de la culture française en Haïti, « aurait oublié les règles les plus élémentaires dans sa fonction que sont le respect et la courtoisie ».

 « En tant que directeur de l’IFH et organisateur d’échanges culturels entre Haïti et l’Europe, il est de votre devoir de vous informer sur les artistes et personnalités haïtiens qui ont contribué à l’évolution de la culture haïtienne », a poursuivi la note qui a aussi dénoncé une certaine atteinte grave à la lutte des femmes.

Nous avons contacté, par téléphone, ce mardi matin, le directeur de l’Institut français d’Haïti, M. Jean Mathiot, qui n’a voulu ni opiner ni donner sa version des faits, laissant, dit-il, les artistes consommer leurs dits.

 Déjà les réactions pleuvent sur la toile. Certains qualifient ce qui est arrivé aux artistes Jean Daniel (Dadi) et Katiana Beaubrun, le jeudi 11 mai 2017, lors du concert de Uman et de BIC à l’Institut français d’Haïti (IFH), de manque de culture du directeur de l’IFH, Jean Mathiot. Son attitude est venue nier sinon banaliser tous les efforts, toute la contribution d’un artiste haïtien à la musique haïtienne, et pourquoi pas, à la musique tout court. Quelqu’un qui a même révolutionné la musique haïtienne.

Beau-frère de Manzè, Jean Daniel (Dadi) Beaubrun a été vers la fin des années 80, la tête pensante du groupe Boukman Eksperyans, avec Théodore Beaubrun Jr (Lolo), Mimerose et Marjorie Beaubrun, Eddy François, Evens, Gary et Frantz Seney, Patrick saintVal-Demorcy, Henry Bernard et Maggy Jean Louis. Le groupe a été spectaculaire au concours de musique de la American Airlines avant de partir en 1990 vers les États-Unis en vue de performer au festival de la Louisiane. On se souvient encore de nombreuses chansons à succès du groupe tels que : « Kè m’ pa sote », « Pwazon rat », « Madan Letan », « M’ ap bay Bondye glwa », « Konbit zaka », « Ganga », « Tribilasyon », « Ou pi la », « Na sonje », « Banda ».

 Arrangeur et multi-instrumentiste haïtien, Dadi a également évolué au sein du groupe Lataye à New York, aux côtés de sa soeur Marjorie Beaubrun. Il a participé sur de nombreux albums, dont une participation remarquable sur l’album « Regleman » de Erol Josué.

Jean Emmanuel Jacquet

Comments

comments

scroll to top